De l'Opinel, on a tendance à ne retenir que l'emblématique modèle à la lame repliable avec son onglet incrusté. Mais la marque à la main couronnée, c'est bien plus que cela. Sa gamme de couteaux de cuisine vient de s'enrichir de la très...

De l'Opinel, on a tendance à ne retenir que l'emblématique modèle à la lame repliable avec son onglet incrusté. Mais la marque à la main couronnée, c'est bien plus que cela. Sa gamme de couteaux de cuisine vient de s'enrichir de la très réussie collection " Les Forgés 1890 " (date de création de l'entreprise alpine), soit un ensemble de huit ustensiles tranchants (de 60 à 120 euros) dessinés par le collectif Big-Game. Le trio lausannois, qui compte parmi ses membres le designer belge Elric Petit, a été particulièrement inspiré. La lame, d'une seule pièce et forgée à chaud à 1.200° C, se prolonge sous le manche en hêtre. Mais plutôt que de recouvrir intégralement le métal, les créateurs ont eu l'idée d'ajourer le bois pour laisser apparent un fin liseré d'acier. De la belle ouvrage qui ne devrait pas faire oublier la fonction de cette famille qui, du couteau à pain au couteau à viande, couvre à peu près tout ce qui peut se hacher, s'émincer ou se dénerver en cuisine. Mention spéciale au superbe santoku alvéolé, prisé par les chefs japonais.