Le torchon brûle dans la capitale entre le centre commercial Docks, propriété depuis l'an dernier d'un fonds de pension canadien, et le White Cinema, détenu par Belga Films. Les deux parties sont venues s'expliquer devant le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles jeudi dernier. Docks Bruxsel a signifié, en novembre, son intention de résilier la convention qui l'unit au cinéma pour défaut de paiement des 278.000 euros de redevance. En janvier, comme il n'a rien vu venir, il a fait savoir que le bail était rompu. Il souhaite que le tribunal confirme l'expulsion afin de trouver un opérateur temporaire avant jugement sur le fond. De son côté, White Cinema, qui soutient avoir payé entre-temps, veut que la convention passée soit annulée pour vice de consentement. Le cinéma estime avoir été trompé sur le projet qui n'attire pas la grande foule prévue. Il demande dès lors une solide baisse de sa redevance à 78.000 euros. L'affaire se complique car les 7,5 millions d'investissements réalisés par White Cinema sur le site ont été, en autres, financés par des banques qui détiennent une convention stipulant que le contrat entre le cinéma et Docks ne peut pas être résilié tant qu'elles n'ont pas été remboursées. Verdict provisoire en avril.