Détenue depuis 2007 sous forme de joint-venture par le holding anversois Ackermans & van Haaren et la CNP d'Albert Frère, la société Distriplus, qui chapeaute les chaînes spécialisées Di et Planet Parfum, sera bientôt vendue au groupe français Jacques Bogart, spécialisé dans la création, la fabrication et la commercialisation de produits cosmétiques de luxe. Ce dernier, coté au compartiment B d'Euronext Paris...

Détenue depuis 2007 sous forme de joint-venture par le holding anversois Ackermans & van Haaren et la CNP d'Albert Frère, la société Distriplus, qui chapeaute les chaînes spécialisées Di et Planet Parfum, sera bientôt vendue au groupe français Jacques Bogart, spécialisé dans la création, la fabrication et la commercialisation de produits cosmétiques de luxe. Ce dernier, coté au compartiment B d'Euronext Paris, pourra ainsi doubler son réseau (à 357 magasins) et tripler son chiffre d'affaires (à 300 millions d'euros). Le montant de la transaction n'a pas été communiqué, mais les vendeurs ne devraient réaliser aucune plus-value. Ackermans & van Haaren a même annoncé que l'impact de l'opération sur ses résultats consolidés au second semestre 2018 serait négatif de 8,5 millions d'euros. L'année 2017 fut difficile pour les deux enseignes, avec un recul du nombre de clients à périmètre constant. Distriplus a enregistré l'an dernier un chiffre d'affaires de 193,8 millions - en baisse de 4,8 % - et une perte nette de 24,5 millions d'euros. Tant Planet Parfum que Di que ont réalisé de sérieux investissements ces derniers temps. Le numéro deux du parfum en Belgique est en train de rénover l'ensemble de ses points de vente et de renforcer le service client, tandis que Di se transforme en véritable magasin " beauty ", s'éloignant toujours un peu plus de la droguerie d'antan. Les deux enseignes continent toutefois de souffrir face au boom de l'e-commerce et à l'arrivée de chaînes spécialisées comme Mac, Kiko ou encore NYX. " Si nous ne pouvons pas être actuellement rentables, c'est à cause de notre taille et de notre positionnement, explique Tanguy De Ripainsel, CEO de Planet Parfum. Face à des fournisseurs de très grande taille, nous ne sommes pas toujours en mesure de faire le poids. Le fait de nous adosser à un partenaire industriel qui fonctionne selon un modèle intégré nous permettra de développer des marques maison sur lesquelles nous effectuerons plus de marges. Avec ce rachat, nous deviendrons un groupe producteur- distributeur. "