Le terroir en partage est une idée qui fait son chemin. Et pas seulement dans le domaine de la viticulture. La maison de Garniac, spécialisée dans le négoce et la production de truffes noires, concède une partie de ses arbr...

Le terroir en partage est une idée qui fait son chemin. Et pas seulement dans le domaine de la viticulture. La maison de Garniac, spécialisée dans le négoce et la production de truffes noires, concède une partie de ses arbres truffiers, millésime 2016, pour une période de 25 ans au prix de 695 euros. Au début, l'" associé ", nanti d'un certificat nominatif, reçoit 15 grammes par an de la précieuse tuber melanosporum. Les deux décennies restantes, le temps que l'arbre arrive en production, il peut compter sur environ 50 g du précieux champignon, en fonction de la récolte. Une fois par an, entre décembre et mars, qui correspond à la période de récolte, les membres du club sont invités à une rencontre et une dégustation sur les lieux même de l'exploitation, dans le Gard. Ce qui peut, a priori, surprendre, quand on sait que la tuber melanosporum est appelée également truffe du Périgord... Sauf qu'en dépit de l'appellation qui fleure le Sud-Ouest et la Dordogne, 80 % des volumes proviennent en réalité du Sud-Est. Ce qui n'enlève nullement l'envie de faire partie de la confrérie du diamant noir... A.M.