Comme nous l'écrivions dans un précédent numéro (lire "Trends-Tendances" du 24 mai 2018), il se confirme que le géant bancaire allemand reste dans la tourmente. Le nouveau CEO Christian Sewing, qui a remplacé John Cryan en avril dernier, a en ef...

Comme nous l'écrivions dans un précédent numéro (lire "Trends-Tendances" du 24 mai 2018), il se confirme que le géant bancaire allemand reste dans la tourmente. Le nouveau CEO Christian Sewing, qui a remplacé John Cryan en avril dernier, a en effet officialisé un nouveau plan de redressement, prévoyant la suppression de plus de 7.000 emplois, dont une grande partie dans ses activités de banque d'investissement. Objectif : se recentrer sur son métier de banquier classique. Après trois exercices consécutifs dans le rouge, Christian Sewing a en effet encore dû annoncer une réduction du bénéfice net de près de 80 % pour le premier trimestre 2018. D'où ce nouveau dégraissage pour ramener les effectifs du groupe en dessous de la barre des 90.000 personnes et ainsi comprimer les coûts au maximum. Si cette énième restructuration devrait toucher le groupe partout dans le monde, il ne devrait toutefois pas y avoir d'impact significatif pour la succursale belge. C'est du moins ce que nous avance son patron Alain Moreau, affirmant que le modèle déployé par Deutsche Bank Belgium est " totalement en ligne avec celui du groupe, qui veut désormais se focaliser sur la banque de détail et l'innovation digitale ". Dont acte.