"Pour des raisons d'organisation et de facilité, pas pour des raisons financières ", précisait il y a quelques mois Charles Gardier, codirecteur des Francofolies de Spa, pour justifier la nouvelle installation du festival en ville. Même si on peut penser que le site de la place de l'Hôtel de Ville n'affichait pas toujours complet, il devenait une charge lourde, y compris en matière d'ordre public puisque le voisinage ...

"Pour des raisons d'organisation et de facilité, pas pour des raisons financières ", précisait il y a quelques mois Charles Gardier, codirecteur des Francofolies de Spa, pour justifier la nouvelle installation du festival en ville. Même si on peut penser que le site de la place de l'Hôtel de Ville n'affichait pas toujours complet, il devenait une charge lourde, y compris en matière d'ordre public puisque le voisinage n'avait pas d'autre choix que d'aimer les soirées en musique... Le festival se rassemble, donc. La scène Pierre Rapsat s'installe place Royale, pas loin des trois scènes du " village Francofou " et de la nouvelle scène, installée dans les jardins de la Villa Royale. Le programme est toujours aussi éclectique - avec 120 artistes - où l'exclusivité estivale pour laBelgique francophone - Lost Frequencies - et l'autre vedette electro - Henri PFR -côtoient un contingent français emmené par Cabrel, Calogero et Vianney. Rayon révélations hexagonales : Clara Luciani, chanteuse du groupe La Femme, ayant sorti en 2018 un premier album, Sainte-Victoire,où des titres comme La grenade et Drôle d'époque évoquent une Barbara 2.0 ayant le goût de la dramatisation et de la poésie clair-obscur. Toujours au rayon du théâtre existentiel, on peut compter sur Jérôme Mardaga, Daan ou Ozark Henry, chacun de leur côté, comme sur le duo électro-bruxellois Soldout, ayant annoncé que cette année serait leur dernière. Pas de festival estival sans hip hop belge. Cette fois-ci, il y aura, entre autres, Romeo Elvis x Le Motel, L'Or du commun et La Smala. Et évidemment de la pop locale, avec Girls in Hawaii, Sonnfjord, Fugu Mango ou encore les Liégeois de Pale Grey. Plus incongrue, la présence de Human League qui, après avoir initialement été un groupe électro d'avant-garde, s'est reconverti dans une pop à vocation grand public, refusant d'être désuet en 2018. A tester le 22 juillet en soirée sur la scène Proximus. A noter que les Francos lancent un bracelet à puce, porte-monnaie sécurisé, déjà rechargeable en amont du festival.