Dès le mois de novembre, 64 caméras intelligentes installées le long des 26 accès au port d'Anvers devraient permettre d'identifier quiconque entre ou sort de la zone portuaire. Cela constituerait une première étape d'un...

Dès le mois de novembre, 64 caméras intelligentes installées le long des 26 accès au port d'Anvers devraient permettre d'identifier quiconque entre ou sort de la zone portuaire. Cela constituerait une première étape d'un " bouclier portuaire " susceptible de barrer la route à des trafiquants de drogue qui, depuis un moment déjà, semblent préférer Anvers plutôt que Rotterdam comme porte d'entrée pour leurs marchandises. Unique en son genre, ce projet de 2,3 millions d'euros intégralement financé par le secteur privé - en l'occurrence l'Antwerpse Havenbedrijf - aura en effet pour particularité d'offrir gratuitement à la police fédérale un nouveau moyen d'action, se réjouit-on au cabinet du ministre de la Justice Jan Jambon. Les 64 caméras portuaires seront en effet connectées au réseau ANPR (automatic number plate recognition) fédéral qui devrait en 2019 totaliser un millier d'appareils de reconnaissance automatique des plaques, installés autour de 250 noeuds routiers de sorte qu'il sera à ce moment-là possible de pister n'importe quel véhicule suspect d'Anvers à Arlon. GUILLAUME CAPRON