Chaque année, le festival international des Brigittines devance dès la mi-août la rentrée culturelle, et toujours avec un point de vue engagé. La présente édition ne déroge pas à la règle, puisque puissamment baptisée Antidote...

Chaque année, le festival international des Brigittines devance dès la mi-août la rentrée culturelle, et toujours avec un point de vue engagé. La présente édition ne déroge pas à la règle, puisque puissamment baptisée Antidotes pour époque toxique. Au programme : " langages novateurs, univers insolites, formes singulières et originales s'ouvrant à l'imaginaire ". Parmi les 12 spectacles présentés, on pointe les trois suivants. Sur une sublime musique chorale, Oskara propose un spectacle inspiré par la danse traditionnelle basque aussi émotionnel que magistralement mené, dans des lumières chirurgicales (20 et 21 août). Second choix : la Compagnie Mossoux-Bonté et A Taste Of Poison (photo), qui transforme un délire expérimental scientifique en tragi-comédie (31 août et 1er septembre). Enfin, la rencontre des corps, encore sur une musique prenante, s'exerce de belle façon chez les Italiens de la Compagnia Virgilio Sieni qui, après la représen- tation du 24 août - pas celle du 25 -, rencon- trent le public. La tradition d'un festival qui sollicite l'échange.