Même lorsqu'elle répétait le Violin Phase de Steve Reich en 1980, Anne Teresa De Keersmaeker passait en boucle la musique de Bach pour se mettre en condition. Elle mettra encore un certain temps avant d'adapter le compositeur allemand - " parce qu'il est à la fois si...

Même lorsqu'elle répétait le Violin Phase de Steve Reich en 1980, Anne Teresa De Keersmaeker passait en boucle la musique de Bach pour se mettre en condition. Elle mettra encore un certain temps avant d'adapter le compositeur allemand - " parce qu'il est à la fois si complexe et si riche " - mais, en quatre décennies, la chorégraphe flamande en est aujourd'hui à son cinquième spectacle inspiré par le maître baroque. Dont elle dit que " l'oeuvre est comme un miroir de l'ordre divin universel, traversée par le souffle de l'harmonie ". Elle a donc choisi Les sixconcertos brandebourgeois, imaginant dessiner au sol des repères - cercles, lignes droites, pentagrammes, spirales - où les danseurs vont, en quelque sorte, créer un contrepoint chorégraphique à l'univers musical de Bach. Sur la scène, 16 interprètes de différentes générations de la compagnie d'Anna Teresa, Rosas, incarnent au mieux le talent polyphonique de Bach. Prouesse d'autant plus tranchante que la partition est jouée en direct par l'ensemble baroque B'Rock, sous la direction de la violoniste Amandine Beyer, avec laquelle De Keersmaeker avait déjà travaillé sur Partita 2, également inspiré de Bach. La première de cette nouvelle chorégraphie internationalement applaudie a eu lieu en septembre 2018 à Berlin.