Au lieu de 148 vols, c'est finalement 675 vols que Brussels Airlines va annuler en juillet et en août pour alléger la charge de travail et, de la sorte, tenter de calmer la révolte sociale. Mais aussi rassurer les voyageurs au début d'un é...

Au lieu de 148 vols, c'est finalement 675 vols que Brussels Airlines va annuler en juillet et en août pour alléger la charge de travail et, de la sorte, tenter de calmer la révolte sociale. Mais aussi rassurer les voyageurs au début d'un été qui s'annonce torride pour le transport aérien et rythmé par des mouvement sociaux dans toute l'Europe et la pénurie de personnel dans les aéroports. 372 vols vont être supprimés en juillet (6,7% de l'offre) et 303 en août (5,6%). Commercialement, la compagnie souligne qu'elle ne peut pas aller plus loin sans léser ses clients. Tous les voyageurs concernés ont été contactés avant l'annonce et se sont vu proposer une alternative. Ces annulations représentent un manque à gagner de près de 10 millions d'euros pour Brussels Airlines, soit grosso modo ce que les trois jours de grève de la fin juin lui ont coûté. La compagnie a aussi mis sur la table des négociations une amélioration de l'outil de planification et la mise en place de groupes de travail sur la programmation. Reste à savoir si cela va satisfaire, au moins temporairement, les syndicats de la compagnie qui ne demandaient pas d'annulations mais une renégociation des accords collectifs.