Vinciane Despret, c'est l'intellectuelle écologiste belge que la France et la Suisse s'arrachent. Cette année, cette philosophe des sciences, éthologue et psychologue, professeure à l'ULiège, est partout: commissaire d'une exposition à la Cité des sciences de Paris, associée à l'université de Lausanne et m...

Vinciane Despret, c'est l'intellectuelle écologiste belge que la France et la Suisse s'arrachent. Cette année, cette philosophe des sciences, éthologue et psychologue, professeure à l'ULiège, est partout: commissaire d'une exposition à la Cité des sciences de Paris, associée à l'université de Lausanne et même "intellectuelle de l'année" du Centre Pompidou. Et sur France Inter ou sur la scène du Théâtre de Vidy à Lausanne, elle présente avec la passion, l'humour et la simplicité qui la caractérisent, son nouveau livre, Autobiographie du poulpe et autres récits d'anticipation, un texte assez différent de ses travaux précédents. En bonne scientifique, Vinciane Despret n'avait en effet publié jusqu'à présent que des essais. On peut citer Penser comme un rat, Etre bête, La danse du cratérope écaillé ou encore Habiter en oiseau où elle rassemblait et présentait des recherches scientifiques sur les animaux, non sans inventivité. Elle qui ne s'était donc jamais lancée dans la fiction publie pourtant cette fois un ouvrage d'anticipation, composé de trois nouvelles. L'une sur les araignées, une autre sur les wombats et la dernière sur le poulpe. Des récits qui mêlent connaissances scientifiques établies et mondes possibles issus de son imagination chauffée à blanc. Sauf que l'invention n'y est ici ni gratuite, ni tirée par les cheveux. L'auteure se base en effet sur l'état du savoir humain qu'elle tente d'extrapoler le plus loin possible, vers le 22e siècle. Un grand plaisir de lecture et de libération de l'imaginaire.