Le coworking a le vent en poupe. Ce n'est pas une surprise. Tous les grands développeurs immobiliers ont décidé de s'engouffrer dans cette brèche qui dessine, en partie, le renouveau de l'immobilier de bureau. Les nouveaux acteurs se succèdent donc sur la place bruxelloise. La prise en occupation avoisine déjà les 22....

Le coworking a le vent en poupe. Ce n'est pas une surprise. Tous les grands développeurs immobiliers ont décidé de s'engouffrer dans cette brèche qui dessine, en partie, le renouveau de l'immobilier de bureau. Les nouveaux acteurs se succèdent donc sur la place bruxelloise. La prise en occupation avoisine déjà les 22.000 m2 en 2018. Soit deux tiers du total réalisé pour toute l'année 2017. Un an après son ouverture dans la tour Watt à Anvers (5.600 m2), Fosbury&Sons, le concept de coworking haut de gamme développé par deux Anversois, vient d'annoncer qu'il ouvrira cette année deux espaces situés l'un chaussée de La Hulpe (7.000 m2), l'autre dans le bâtiment Seven, le long du boulevard Albert II (5.235 m2). Le partenariat entre Silverquare et Befimmo, société immobilière réglementée, vient quant à lui de se concrétiser avec l'ouverture d'un espace de coworking situé boulevard du Triomphe. Il a été aménagé par le designer Lionel Jadot. Quatre à cinq bâtiments de Befimmo devraient être réaménagés en espace de coworking par Silversquare dans les deux prochaines années. Enfin, le développeur immobilier Eaglestone a pris une participation de 33 % dans Welkin&Meraki (W&M), un nouvel acteur dans le monde des centres d'affaires et du coworking fondé par Alain Brossé. Jonas Dhaenens, CEO du groupe Combell, société d'hébergement de site web, s'adjuvant le solde. Une différence toutefois : Eaglestone n'aménage pas d'espaces de coworking dans ses immeubles mais soutiendra financièrement le développement de ce concept. W&M souhaite créer 200 espaces à travers l'Europe d'ici cinq ans.