Le Théâtre le Manège, à Mons, accueille Jeunes pousses ! , quatre productions de créateurs en éclosion. Encore en étape de travail, Un loup pour l'homme, écrit et mis en scène par Violette Pallaro, y questionne les mécanismes du pouvoir à la fois dans les sph...

Le Théâtre le Manège, à Mons, accueille Jeunes pousses ! , quatre productions de créateurs en éclosion. Encore en étape de travail, Un loup pour l'homme, écrit et mis en scène par Violette Pallaro, y questionne les mécanismes du pouvoir à la fois dans les sphères personnelles et professionnelles. Le second spectacle, On est sauvage comme on peut (photo) a de petits airs de La grande bouffe, le film de Marco Ferreri où les protagonistes se faisaient mourir de plaisirs de la table. La production montoise, qui incorpore cinq jeunes acteurs, apporte cependant une nuance de taille : lors d'un repas gargan-tuesque, Thomas le dépressif souhaite mourir et... être mangé. Autre genre d'appétit sans limite, celui de la musique. Dans Souterraines de Julia Huet-Alberola, quatre filles qui s'ennuient en internat décident de braver l'interdit en fondant un groupe dans la cave de l'aile réservée aux garçons. La quatrième proposition porte un bien joli titre, Des caravelles et des batailles. Les auteurs et metteurs en scène Eléna Doratiotto et Benoit Piret y dessinent un lieu en dehors du temps, situé quelque part en Europe. Un jour y débarque un inconnu emmenant avec lui un quota de mystère et peut-être l'annonce d'un événement d'importance. Mais lequel ?