Depuis une douzaine d'années, sous différentes appellations comme Bodies Revealed ou Our Body : The Universe Within, des expositions semblables tournent partout dans le monde, avec souvent la même controverse sur ces " oeuvres " :des corps véritables - le plus souvent d'origine chinoise - mis en scène.
...

Depuis une douzaine d'années, sous différentes appellations comme Bodies Revealed ou Our Body : The Universe Within, des expositions semblables tournent partout dans le monde, avec souvent la même controverse sur ces " oeuvres " :des corps véritables - le plus souvent d'origine chinoise - mis en scène. Au trouble éventuel portant sur la nature de ces pièces, les organisateurs rétorquent habituellement qu'on expose bien des pharaons embaumés ou des squelettes, vestiges tout aussi humains : le débat n'est pas clos. Après les caves de Cureghem en 2009, ce sont celles de Tour & Taxis qui accueillent, sous le titre Real Bodies, le même étalage troublant : exposer des corps en entier ou partie, traités via la technique de la plastination qui consiste à extraire l'eau et les fluides du sujet via un bain d'acétone, puis de le plonger dans un second bain de polymères liquides. Le résultat final se situe aux confins d'une structure d'apparence plastique à laquelle on aurait additionné un supplément d'humanité, pour un visuel à la fois hypnotique et possiblement repoussant. L'installation bruxelloise dans un ancien sous-sol assez rustre accentue l'impression d'entrer dans un autre monde, celui où la curiosité se mêle de malaise vis-à-vis d'une douzaine de corps soigneusement scénographiés. La plupart sont en effet placés dans des poses figées, comme ce couple exerçant une danse ou le lanceur de fléchettes, les tripes et le reste à l'air. Une manière de dédramatiser une expo qui pose aussi des jalons scientifiques, chapitrant l'investigation corporelle, par exemple le système digestif, les os, les appareils respiratoires ou circulatoires. C'est peut-être dans ce dernier domaine que Real Bodies trouve un terrain fascinant où le visiteur plongé dans l'obscurité, observe l'extraordinaire complexité de nos réseaux intérieurs : d'une sophistication et d'une beauté que jalousera le meilleur des artistes contemporains. A noter que l'addition du prix plein du week-end, 16 euros, plus le forfait parking à l'intérieur de T&T, 7 euros, rend la visite un rien onéreuse.