Vous envisagez de souscrire une nouvelle assurance? De passer vos polices au crible? Internet est une aide précieuse. Le site Assurances.be permet depuis plus de 20 ans de comparer les conditions et les tarifs des assureurs en ligne. Depuis 2010, cette plateforme partage la vedette avec Mefirst.be. Et des sites de comparaison plus généraux comme Guide-épargne.be et TopCompare.be vous accompagnent également dans vos choix. Une offre que vient compléter Independer, une plateforme active sur le marché belge depuis le début de cette année.
...

Vous envisagez de souscrire une nouvelle assurance? De passer vos polices au crible? Internet est une aide précieuse. Le site Assurances.be permet depuis plus de 20 ans de comparer les conditions et les tarifs des assureurs en ligne. Depuis 2010, cette plateforme partage la vedette avec Mefirst.be. Et des sites de comparaison plus généraux comme Guide-épargne.be et TopCompare.be vous accompagnent également dans vos choix. Une offre que vient compléter Independer, une plateforme active sur le marché belge depuis le début de cette année. Tous ces sites de comparaison fonctionnent plus ou moins de la même façon: ils vous invitent à répondre à quelques questions pour mieux cerner votre profil, les biens ou les services que vous souhaitez assurer ainsi que vos besoins. A partir de ces données, ils vous proposent plusieurs offres d'assureur, sans engagement. Si l'une vous agrée, vous pouvez y souscrire directement sur la plateforme qui s'occupe de tout gratuitement, y compris de la paperasserie. Mais avant d'embrasser la meilleure offre d'assurance possible, encore faut-il pouvoir la choisir parmi le meilleur panel possible. Dans cette perspective, la plus- value d'un comparateur en ligne comme Mefirst.be est évidente, explique Johan Bertrands, son general manager. Ce genre de plateforme permet une comparaison assez exhaustive, assure-t-il. Celle d'un courtier classique n'est jamais aussi complète car en principe, elle ne tient pas compte des assureurs directs. Pour 95% des consommateurs, la comparaison se limite de toute façon quasiment à la prime. Rien d'étonnant quand on sait à quel point les formules et le jargon utilisé sont complexes. Aux Pays-Bas, les produits et le langage sont nettement plus simples." "Nos algorithmes prennent en compte non seulement les primes et les garanties mais comparent aussi la qualité du service et les conditions", argumente Bernard Soens, general manager Belgique d'Independer, qui estime que la transparence et la convivialité sont les principaux atouts de sa plateforme. "Si l'utilisateur juge l'offre intéressante, il peut décider d'y souscrire ou non, sans pression d'aucune sorte. Tout se fait selon une marche à suivre conviviale et logique." Assurances.be prend également en compte le prix et la qualité des polices. "Epargner est une bonne chose à condition d'avoir la certitude de bénéficier de la meilleure protection possible, nuance Guy Van Antwerpen, managing director du site . C'est pourquoi notre plateforme tient compte de paramètres qualitatifs: plus de 30 pour une assurance auto, clairement listés. Une comparaison aussi détaillée est quasi impossible avec les moyens classiques." Utiliser une plateforme de comparaison numérique n'exclut toutefois pas forcément le contact humain. "De nombreux consommateurs considèrent les conseils personnalisés du courtier comme la principale raison d'y recourir. C'est tout à fait compréhensible. C'est pourquoi Assurances.be fonctionne sur un modèle hybride, continue Guy Van Antwerpen. Nous donnons toujours à nos utilisateurs la possibilité d'avoir un contact physique. Nous combinons ainsi les avantages du numérique - rapidité, transparence, indépendance - et la dimension humaine du courtier en chair et en os." Independer mise lui aussi partiellement sur le contact personnel. "Comme avec la plupart des courtiers, la communication se fait essentiellement par mail, précise Bernard Soens. Mais si vous souhaitez plus d'informations ou un conseil spécifique, vous pouvez aussi nous joindre par téléphone ou par WhatsApp. Notre concept convient toutefois moins bien aux personnes qui souhaitent un entretien en tête-à-tête. Notre service n'exclut pas le contact humain mais se veut essentiellement numérique, pour un maximum d'efficacité." Comparer, les consommateurs y semblent de toute façon de plus en plus enclins. Assurances.be a effectué un sondage, demandant à plus de 1.350 Belges s'ils avaient, par exemple, déjà comparé leur assurance auto. Un quart a reconnu ne jamais le faire et un tiers de façon superficielle. "Mais six consommateurs sur dix sont disposés à comparer leur assurance en ligne, dit Guy Van Antwerpen. L'an dernier, alors que le marché de l'assurance était au point mort à cause du coronavirus, près de 200.000 simulations ont été réalisées sur notre plateforme." Encore faut-il que l'offre suive. Selon Guy Van Antwerpen, les assureurs qui travaillent exclusivement avec des courtiers préfèrent s'en tenir au modèle classique. Même constat de Johan Bertrands de Mefirst.be: les courtiers ne tiennent pas à être présents sur les sites de comparaison. "En général, ils ne savent tout simplement pas comment s'y prendre, argue-t-il. Les assureurs directs se montrent plus intéressés mais, même s'ils occupent une place de plus en plus importante, ils ne représentent pas plus de 20% du marché." Ces comparateurs en ligne sont-ils donc vraiment intéressants? L'union professionnelle Assuralia laisse "le consommateur averti" en juger par lui-même. "Nous conseillons vivement de comparer les prix mais aussi les couvertures et le service, clame son porte-parole Wauthier Robyns. Notre conseil: n'hésitez pas à consulter les différents sites de comparaison en ligne pour sonder le marché. Ils sont gratuits et n'engagent à rien. Mais pour un deuxième avis ou un conseil sur mesure, vous pouvez toujours faire appel à votre courtier en assurances habituel.