Tolérance zéro en matière d'alcool au volant. L'idée n'est pas neuve et ressurgit régulièrement en fin d'année. En 2015 déjà, le gouverneur de Flandre-Orientale, Carl Decaluwé (CD&V), estimait qu'il fallait oser en envisager l'introduction, soutenu en cela par son homologue de Flandre-Occidentale, l'ancien dir...

Tolérance zéro en matière d'alcool au volant. L'idée n'est pas neuve et ressurgit régulièrement en fin d'année. En 2015 déjà, le gouverneur de Flandre-Orientale, Carl Decaluwé (CD&V), estimait qu'il fallait oser en envisager l'introduction, soutenu en cela par son homologue de Flandre-Occidentale, l'ancien directeur du Festival van Vlaanderen, installé à ce poste par la N-VA. Farouchement opposé à la généralisation obligatoire des alcolocks, dont l'installation pénaliserait, selon lui, l'immense majorité des conducteurs sobres, Jan Bries a une nouvelle fois plaidé en faveur de l'introduction d'une tolérance zéro et d'un permis à points. Mais il n'a pas vraiment été entendu par le ministre flamand de la Mobilité, pour qui pareille mesure restera sans effet sur les buveurs obstinés, généralement d'un certain âge, qui persistent à prendre le volant en pensant que " cela ira ". " Nous effectuons déjà plus de contrôles qu'auparavant, mais en même temps, les 'mouchards' se multiplient, notamment via Facebook, de sorte que l'efficacité des contrôles s'amenuise, regrette Bern Weyts. Nous sommes tous d'accord pour réprouver les excès de vitesse, et pourtant, nous prévenons quand il y a un radar. " Pour mettre fin à ce qu'il considère comme une hypocrisie, le ministre aimerait interdire, comme c'est déjà le cas en France, l'utilisation de mouchards qui donnent la localisation exacte d'un contrôle routier. La mesure relève toutefois du Fédéral, ce qui n'empêche pas Ben Weyts d'espérer pouvoir rallier le ministre Bellot à son point de vue.