"Suis l'argent et tu trouveras la mafia ", répétait le juge Giovanni Falcone, assassiné il y a tout juste 25 ans par Cosa Nostra. Après avoir pendant des décennies nié l'existence de la mafia, la classe dirigeante italienne ne l'a abordée que sous l'angle de la menace à l'ordre public. Avec les guerres entre clans semant la mort dans les rues de Palerme dans les années 1980 et les attentats contre les journalistes, hommes politiques et magistrats, le " cancer " de la mafia menaçait avant tout la solidité des institutions, mais pas la santé de l'économie du pays. Ce n'est ainsi qu'en 1992 que la Società Italiana degli Economisti commence à s'intéresser à un sujet jusque-là chasse gardée des sociologues et autres historiens.
...