Voilà une adresse comme on aimerait en voir plus. Après plus de 20 années consacrées à des activités de traiteur, Sandrine et Didier Vercruysse ont eu le coup de foudre pour une belle maison quasiment en plein campagne brabançonne. Presque cinq mois de travaux plus tard, c'est plein d'espoir et d'envies qu'ils ont ouvert LEUR restaurant en janvier 2020. Et puis la pandémie est passée par là et a cassé net leur élan. Ils ont fait le gros dos pour préserver le projet d'une vie et, depuis le mois de juin, le 7Ici, un clin d'oeil au n...

Voilà une adresse comme on aimerait en voir plus. Après plus de 20 années consacrées à des activités de traiteur, Sandrine et Didier Vercruysse ont eu le coup de foudre pour une belle maison quasiment en plein campagne brabançonne. Presque cinq mois de travaux plus tard, c'est plein d'espoir et d'envies qu'ils ont ouvert LEUR restaurant en janvier 2020. Et puis la pandémie est passée par là et a cassé net leur élan. Ils ont fait le gros dos pour préserver le projet d'une vie et, depuis le mois de juin, le 7Ici, un clin d'oeil au numéro de la maison, a trouvé son rythme de croisière tant le midi que le soir. Il faut dire que le couple a parfaitement décliné le concept imaginé. Sandrine, qui gère une carte des vins aussi sympa que raisonnable, veille sur une salle qui joue du contraste entre l'orange, l'or et le gris. C'est chaud et moderne et entièrement ouvert sur le jardin et l'immense terrasse (un bonheur à la belle saison) grâce aux grandes baies vitrées. Le service est convivial, souriant et précis. On est à la maison et cela se sent. Au piano, Didier Vercruysse privilégie les produits locaux comme les légumes bios des Jardins de Dounia voisins ou la viande et les volailles de Pascal Simons à Orp-Jauche. A côté d'une carte resserrée de cinq entrées (de 16 à 22 euros) et de cinq plats (de 24 à 38 euros), le chef ajoute une petite dizaine de suggestions proposées sur un petit tableau noir. A l'arrivée, il s'agit d'une bistronomie bien enlevée, généreuse, respectueuse des bons produits et aux cuissons parfaites. Comme celle du ris de veau "de coeur" (la partie charnue du ris de veau) braisé avec une sauce Foyot (béarnaise avec du jus de viande) trop peu souvent proposée dans nos restaurants. Ou celle des deux magnifiques côtes de cerf accompagnées d'épices et de spéculoos. Tout fondant était le carpaccio de veau sous la mère posé sur un lit de chicons et agrémenté d'une maquée à la truffe de la Ferme de la Goyette à Louvain-la-Neuve. Tout aussi réussi était le carpaccio de Saint-Jacques de Dieppe et son "cru de poireaux". Des plats de brasserie plus classiques (filet mignon- frites, cabillaud à la plancha, croquettes de crevettes grises, etc.) agrémentent aussi la carte. Clairement, le 7Ici ne propose pas le grand soir gastronomique mais une cuisine conviviale, juste et au très bon rapport qualité/prix. Le restaurant délivre pleinement ce qu'il promet. Bref, une adresse qu'on peut ajouter à son agenda en toute confiance.