Dans quelques jours, les Editions de l'Avenir, propriété du groupe Nethys, seront officiellement en vente. L'info a fuité auprès de nos collègues de L'Echo qui ont dévoilé les noms des sociétés qui piloteront l'opération : le bureau de consultance EY, d'une part, pour le dossier de...

Dans quelques jours, les Editions de l'Avenir, propriété du groupe Nethys, seront officiellement en vente. L'info a fuité auprès de nos collègues de L'Echo qui ont dévoilé les noms des sociétés qui piloteront l'opération : le bureau de consultance EY, d'une part, pour le dossier de présentation et la banque Degroof Petercam, d'autre part, pour le volet financier. Si la nouvelle n'a rien de spectaculaire en soi (le Parlement wallon a voté une mention demandant la sortie des Editions de l'Avenir de Nethys il y a plus d'un an déjà), elle annonce en revanche l'officialisation d'un processus qui jouera sans doute la carte de la transparence. Les candidats acheteurs devraient donc se manifester prochainement, à l'instar du quintet composé par le groupe IPM (éditeur de La Libre) et quatre investisseurs wallons qui avaient déjà remis une offre en octobre dernier et qui ont confirmé leur intérêt dans ce dossier. Il reste à savoir maintenant quel sera le prix demandé. Si la somme déboursée par Nethys (anciennement Tecteo) flirtait avec les 25 millions d'euros en 2013 au moment du rachat des Editions de l'Avenir au groupe Corelio, la valorisation actuelle de la société aurait, dit-on, chuté de moitié au fil des ans et des mauvais résultats. L'offre déposée par IPM et ses associés ne dépasserait d'ailleurs pas les 10 millions, signe avant-coureur que Nethys sera probablement perdant dans l'opération.