La vitalité gastronomique de Gand ne cesse d'impressionner. Tous les six mois, la ville flandrienne semble capable de se réinventer, avec l'ouverture incessante de nouvelles adresses toutes plus alléchantes les unes que les autres. En 2015, on découvrait ainsi Oak, table de poche imaginée par le jeune chef italo-brésilien Marcelo Ballard et son associé (et désormais mari) Dominik D'Hooghe. Elu meilleur jeune chef de Flandre au Gault&Millau 2016, Ballard décrochait un an plus tard sa première étoile Michelin.
...

La vitalité gastronomique de Gand ne cesse d'impressionner. Tous les six mois, la ville flandrienne semble capable de se réinventer, avec l'ouverture incessante de nouvelles adresses toutes plus alléchantes les unes que les autres. En 2015, on découvrait ainsi Oak, table de poche imaginée par le jeune chef italo-brésilien Marcelo Ballard et son associé (et désormais mari) Dominik D'Hooghe. Elu meilleur jeune chef de Flandre au Gault&Millau 2016, Ballard décrochait un an plus tard sa première étoile Michelin. Depuis quelques semaines, le duo fait désormais aussi carton plein dans la même Hoogstraat, à deux pas, au Door 73. S'ils proposaient déjà chez Oak une cuisine totalement décomplexée, s'inspirant de tout ce qui pouvait se passer au-delà des frontières de l'Europe, les deux compères jouent carrément ici la carte d'une brasserie contemporaine à l'anglo-saxonne, avec une cuisine ouverte sur une grande salle élégante, en mode jardin urbain. Confiée à Nick Ivanidis, que Ballard a rencontré lors de son passage au Pure C étoilé du Néerlandais Sergio Herman à Cadzand, la carte du Door 73 s'aligne sur la tendance actuelle. Soit une sélection de grignotages à prendre au bar ou de petites assiettes à partager à table avec une bouteille de vin nature (ou pas). Comme ce bon Château d'Angles, un La Clape 2015 en Languedoc (33 euros). Quitte à dérouter la clientèle belgo-belge, les propositions font ici le grand écart. On trouve ainsi ici une côte à l'os d'un kilo (41 euros) ou un excellent pain de viande " de ma grand-mère ", servi avec une purée classique (27 euros). Mais on se régale aussi de propositions méditerranéennes dans la lignée de cette nouvelle cuisine israélienne qui fait fureur de Jérusalem à Tel-Aviv, en passant par Londres, Paris ou New York. Avec, par exemple, un très bon chou-fleur au miso et dukkah (mélange moyen-oriental de graines, de noix et d'épices). Même si, à 17 euros, c'est quand même un peu chérot ! Pourtant, au vu de la qualité de la cuisine mais aussi de son originalité - les haricots noirs au chimichurri à l'apéro (7 euros), comme le maquereau aigre-doux à l'asiatique (24 euros) sont franchement irréprochables, sans parler du céleri-rave cuit entier aux épices biryani (14 euros) -, on se réjouit de l'ouverture de cette adresse qui prouve une fois encore que Gand est décidément la ville belge incontournable pour les foodies !