L'année 2020 sera définitivement maudite pour l'événementiel. Concerts, salons professionnels, foires commerciales, conférences, fêtes du personnel... Tout s'est arrêté le 13 mars dernier et seuls quelques rassemblements limités à 200 personnes en salle et 400 personnes à l'extérieur sont aujourd'hui autorisés. Une restriction trop sévère pour un secteur aux abois qui n'espère pas un redémarrage complet de ses activités avant 2021, si tout va bien...
...

L'année 2020 sera définitivement maudite pour l'événementiel. Concerts, salons professionnels, foires commerciales, conférences, fêtes du personnel... Tout s'est arrêté le 13 mars dernier et seuls quelques rassemblements limités à 200 personnes en salle et 400 personnes à l'extérieur sont aujourd'hui autorisés. Une restriction trop sévère pour un secteur aux abois qui n'espère pas un redémarrage complet de ses activités avant 2021, si tout va bien... Plutôt en bonne santé financière avant l'apparition de la pandémie, les entreprises actives dans l'événementiel ont pu franchir posément les premiers mois de la crise sanitaire, notamment grâce aux différentes mesures de soutien économique des gouvernements fédéral et régionaux (chômage économique, droits passerelle, etc.). Mais aujourd'hui, c'est le manque total de perspective qui anesthésie un secteur affaibli par des frais généraux élevés. " Nous avons proposé des solu- tions créatives et innovantes pour organiser des événements tout en garantissant la santé et la sécurité des participants, mais la mesure imposant une participation maximale rend impossible une exploitation économiquement rentable, explique Emile de Cartier, président de Confederation Events, l'organisation faîtière des différentes associations professionnelles du secteur. Dans le contexte actuel, des mesures de soutien supplémentaires sont donc nécessaires pour nous aider à survivre à cette pandémie. " Pour déterminer avec précision le montant nécessaire d'une aide éventuelle, Confederation Events a fait appel au cabinet de conseil Deloitte. Ses analystes ont cartographié le secteur et identifié 2.274 entreprises actives dans l'événementiel en Belgique dont l'effectif total serait de plus de 29.000 équivalents temps plein, sans compter les indépendants et autres intérimaires qui sont nombreux dans le secteur (près de 50.000 selon les associations professionnelles). Ensemble, ces entreprises généreraient un chiffre d'affaires de 5,8 milliards d'euros avec un montant consolidé de charges fixes évalué à 1,3 milliard par Deloitte pour la période allant de mars à décembre 2020. Le cabinet d'audit estime enfin le déficit de trésorerie de ces 2.274 sociétés à 777 millions, une somme qui serait donc nécessaire pour garantir l'avenir de ces entreprises financièrement stables avant le Covid-19. L'organisation Confederation Events espère que son appel sera entendu lors de la nouvelle réunion du Conseil national de sécurité prévue la semaine prochaine.