Trois mois après l'amende historique de 4,3 milliards d'euros que lui a infligée la Commission européenne pour abus de position dominante, Google a donc déc...

Trois mois après l'amende historique de 4,3 milliards d'euros que lui a infligée la Commission européenne pour abus de position dominante, Google a donc décidé de ne plus obliger les constructeurs qui vendent en Europe à préinstaller certaines de ses applications. Mais, pour compenser ce qu'elle juge un manque à gagner, à partir du 29 octobre, ces constructeurs vont devoir payer. Si Android reste gratuit et open source, le géant de Moutain View va introduire une nouvelle licence payante pour Chrome et Google Search. Les autres applis (YouTube, Gmail, PlayStore, etc.) feront l'objet d'un autre accord de licence. D'après le site américain The Verge, la tarification imposée va dépendre du pays et de la densité de pixels du smartphone. Soit 40 dollars au maximum par appareil.