Lufthansa a réussi à réduire ses pertes de moitié au 2e trimestre. Le chiffre d'affaires a grimpé de 70%, à 3,21 milliards d'euros pour une perte nette de 756 millions. Au sein du groupe, Brussels Airlines continue de...

Lufthansa a réussi à réduire ses pertes de moitié au 2e trimestre. Le chiffre d'affaires a grimpé de 70%, à 3,21 milliards d'euros pour une perte nette de 756 millions. Au sein du groupe, Brussels Airlines continue de tirer la langue. Au 1er semes-tre, le chiffre d'affaires a accusé un recul de 45%, à 38 millions d'euros. L'Ebit reste bien dans le rouge, à -143 millions (-211 l'an dernier). Entre janvier et juin, la compagnie a transporté 57% de passagers en moins qu'en 2019. Le taux d'occupation atteint péniblement 60,7%. Quant au reste de l'année, Brussels Airlines ne se risque pas au moindre pronostic vu le caractère toujours très volatil de la situation sanitaire et des restrictions de voyage. Dans le même temps, elle est confrontée à des remous sociaux dont la source est multiple: application de la nouvelle convention collective de travail, problèmes opérationnels, surcharge de travail du personnel au sol et de cabine, rapports de fatigue, etc. Peu satisfaits des propositions de la direction, les syndicats ont demandé une médiation auprès du ministère du Travail.