Il n'est pas si fréquent qu'une BD, ou plutôt un roman graphique, atterrisse sur une scène de théâtre : c'est le cas de Here de l'illustrateur et musicien américain Richard McGuire, contributeur à The New Yorker, Le Monde et The New York Times. A sa première publication en 1989, H...

Il n'est pas si fréquent qu'une BD, ou plutôt un roman graphique, atterrisse sur une scène de théâtre : c'est le cas de Here de l'illustrateur et musicien américain Richard McGuire, contributeur à The New Yorker, Le Monde et The New York Times. A sa première publication en 1989, Here n'est qu'une courte BD parue dans le magazine Raw. Elle est ensuite développée en 2014 dans un épais livre de 300 pages. Ce récit propose un dispositif narratif très particulier : un coin de salon, avec une fenêtre et une cheminée, voyageant dans une échelle de temps géante allant de la naissance de la vie sur Terre jusqu'au 23e millénaire. Dans cet intérieur vont défiler dans le désordre des vies passées et à venir, impliquant humains mais aussi animaux ou de simples paysages liés à la maison. Après avoir hésité vu l'ambition de l'oeuvre originale, la jeune metteuse en scène belge Coline Struyf s'est jetée dans une adaptation qui respecte la trame de McGuire, posant la question de la construction et de l'utilisation de la mémoire. Pari a priori fou, trop aride ou abstrait pour le confinement d'un théâtre mais qui semble réussi, par sa richesse scénographique impliquant de multiples trouvailles vidéos et une trentaine de changements de costumes pour les six acteurs. Emportés comme les spectateurs, dans un fascinant tourbillon spatio-temporel.