La concurrence s'intensifie dans le commerce non alimentaire chez nous. Et pour ne pas déroger à ce qui semble (malheureusement ? ) devenu la règle, c'est une fois de plus un e-commerçant étranger qui déboule sur notre marché. Filiale du groupe de distribution français Casino, Cdiscount, deuxième acteur de l'e-commerce en France derrière ...

La concurrence s'intensifie dans le commerce non alimentaire chez nous. Et pour ne pas déroger à ce qui semble (malheureusement ? ) devenu la règle, c'est une fois de plus un e-commerçant étranger qui déboule sur notre marché. Filiale du groupe de distribution français Casino, Cdiscount, deuxième acteur de l'e-commerce en France derrière Amazon, vient en effet de révéler sa stratégie à l'international. Le pure player a décidé de sortir de l'Hexagone, où il peine à maintenir son niveau de croissance des dernières années, pour conquérir la Belgique, l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne. Des pays dans lesquels il livre ses articles depuis la semaine dernière, à partir de ses trois entrepôts logistiques situés en France. " De cette manière, nous n'avons pas de coûts fixes dans ces pays et nous restons agiles ", explique le PDG de Cdiscount Emmanuel Grenier. Pratiquement, notre pays est livré en 48 heures via Chronopost. Pour monter en puissance rapidement dans ces nouveaux marchés, Cdiscount commercialise également son catalogue sur plusieurs sites locaux partenaires. Chez nous, il collabore ainsi avec Pixmania, où il sera intégré comme vendeur tiers. Pour le moment, l'e-commerçant propose en Belgique son offre en propre pour tout produit inférieur à 30 kg. Il ajoutera le vin mi-juillet. Et en septembre, ce sera une partie des produits vendus sur sa marketplace. Il faudra toutefois attendre le quatrième trimestre pour que l'offre soit étendue aux produits de plus de 30 kg. En ce qui concerne la livraison, celle-ci coûte de 19,99 à 31,99 euros à domicile, mais est gratuite pour les commandes de plus de 25 euros en point de retrait. La Belgique en comptera 700 dès la mi-juillet.