Par-delà le Sablon, Bruxelles offre un maximum d'intérêt pour l'art contemporain. Spécialement dans les communes d'Ixelles et de Saint-Gilles. Pas réellement un hasard, vu la gentrification galopante de la zone depuis au moins un quart de siècle et le nombre d'espaces qualitatifs qui s'y trouvent : maisons de maître, bâtisses Art déco et Art nouveau...

Par-delà le Sablon, Bruxelles offre un maximum d'intérêt pour l'art contemporain. Spécialement dans les communes d'Ixelles et de Saint-Gilles. Pas réellement un hasard, vu la gentrification galopante de la zone depuis au moins un quart de siècle et le nombre d'espaces qualitatifs qui s'y trouvent : maisons de maître, bâtisses Art déco et Art nouveau bien sûr, mais aussi des ateliers et des résidences d'artistes. Soit 24 lieux qui sont proposés à la visite par Brussels I Love You durant huit jours. Avec une ouverture dès l'après-midi du 11 février à la Patinoire royale mise à l'honneur pour l'occasion. L'authentique patinoire à roulettes du 19e siècle, classée en 1995, impose un périmètre de 1.200 m2 sous une impressionnante charpente de bois et de métal. Les possibilités de lumière naturelle donnent à ce qui fut aussi un ancien garage Bugatti un volume fascinant, exploité en galerie d'art depuis le printemps 2015. Autres endroits connus du parcours, tout aussi remarquables : la Fondation Boghossian à la Villa Empain, la galerie La Forest-Divonne (occupant la moitié arrière de l'ex-galerie Paris-Beijing), ou encore la LKFF de la rue Blanche, entre Flagey et l'avenue Louise. Moins connus mais à découvrir : la galerie ArchiRAAR, installée dans un immeuble à appartements seventies de la Place de la Tulipe, ou la Commonplaces Art Gallery, pratiquant des prix abordables, chaussée de Charleroi. Mention spéciale à Peinture Fraîche, lieu unique à Bruxelles puisqu'il présente sur deux niveaux de la rue du Tabellion, une librairie très fournie dédiée aux arts, en particulier à la photographie, et un espace d'exposition cosy, réservé aux images argentiques et numériques. Du 11 au 18 février, www.brusselsiloveyou.com Par Philippe Cornet