C'est sûr, on ne l'attendait pas là ! Alors que Damien Bouchery explore toujours plus le végétal dans son restaurant de la chaussée d'Alsemberg, il s'essaie depuis quelques semaines, et avec succès, à la cuisine canaille chez Fauvette, toujours à Uccle. Associé avec sa compagne Romina Bux - qui prépare aussi ici du très bon pain - et avec l'excellent Joël Geismar (ex- Garage à manger), le chef breton a en effet repris, à deux pas de son gastro, le Coq au vin de feu Bernard Pacquet, dont les habitués se souviennent avec émotion des oeufs en meurette ou du feuilleté d'écrevisses sauce Nantua.

La déco a été entièrement revisitée : bye-bye les centaines de poules rappelant les origines bressanes de l'ancien propriétaire. On a désormais droit à un beau bistrot au charme rétro épuré, avec quatre-cinq tables en bois et quelques places au bar, tandis qu'on ira choisir sa bouteille de vin nature (évidemment) dans un grand buffet. Dans ce registre, la syrah d'Ardèche d'Hervé Souhaut (26 euros + 20 euros de droit de bouchon) est une valeur sûre. Un vin élégant et aux notes épicées qui accompagnera parfaitement la cuisine de chez Fauvette.

Inspiré par le fonds de commerce (et ses dizaines de cuivres), le trio reste fidèle à l'esprit du lieu, proposant des petits plats réconfortants de la tradition bourgeoise. Après quelques gougères au Valèt (un fromage des Fagnes) et des champignons de Bruxelles en pickles, on se laisse tenter par une proposition en dehors de la brève carte : une belle terrine de canard et foie gras (14 euros), simplement accompagnée d'une salade d'épinards et d'un peu de chanterelles. Il ne faut rien de plus !

En plat, en souvenir de Bernard Pacquet, on commande évidemment le coq au vin rouge (19,50 euros). Servi dans une jolie casserole en cuivre, celui-ci est parfaitement exécuté, avec une viande fondante et une sauce riche agrémentée de champignons et de carottes. Tandis que la "braisière du jour" (17,50 euros) cachait ce soir-là un sublime navarin d'agneau. Tellement bon que le petit "cuivre de légumes" nappés de sauce (7,50 euros) n'est pas nécessaire. D'autant que, généreuse, Romina propose une repasse !

Seule petite déception au dessert : la poire tapée au vin rouge (9 euros) aurait mérité d'être un poil plus réhydratée. Mais pour le reste, c'est un sans-faute pour ce nouveau bistrot de quartier dont l'aura a déjà largement dépassé Uccle.

Fauvette ***1/2*

Adresse

17 rue de la fauvette

1180 Bruxelles

Tél. : 0477 66 67 27

Fermé les samedi, dimanche et lundi

Cuisine : bourgeoise

Cadre : bistrot

Cave : vins nature

Terrasse : non

Parking : non

© Photos : H.H.