Coup de tonnerre dans la restauration belge: par l'intermédiaire de sa page Facebook, Christophe Hardiquest a annoncé lundi qu'il allait fermer son restaurant Bon Bon le 30 juin prochain. Gratifié de deux étoiles Michelin depuis...

Coup de tonnerre dans la restauration belge: par l'intermédiaire de sa page Facebook, Christophe Hardiquest a annoncé lundi qu'il allait fermer son restaurant Bon Bon le 30 juin prochain. Gratifié de deux étoiles Michelin depuis des lustres, ce restaurant bruxellois fait partie des meilleures tables de notre pays et longtemps, son chef a cru pouvoir décrocher le graal suprême, à savoir les trois macarons. Il n'en sera donc rien. Comme d'autres établissements renommés, Bon Bon a souffert de la crise sanitaire et des deux longues fermetures imposées. On savait le chef amer du peu de soutien que l'Etat avait accordé à l'horeca. A notre collègue Olivier Mouton, Christophe Hardiquest a confié sur le site de Trends-Tendances que cette décision de fermer est "un choix très personnel. J'ai envie de faire autre chose de ma vie. Ce n'est ni une question financière, ni un souci de santé". Vu le talent du chef, nul doute qu'il va rebondir ailleurs et sur d'autres projets. Il évoque, dans la même interview, la consultance et le statut de cuisinier nomade comme l'a fait avant lui Gert De Mangeleer, l'ancien chef tri-étoilé du Hertog Jan.