Tout nouveau, tout chaud, iOda, installé entre le parvis de Saint-Gilles et la porte de Hal, est un nouveau bistrot enthousiasmant ouvert fin mai par Cesar Hoed. A 28 ans, ce diplômé en droit de l'ULB originaire du Brabant wallon a décidé de changer d'orientation pour se consacrer à la cuisine. Nourri de ses nombreux voyages (notamment en Amérique du Sud et en Nouvelle-Zélande), cet autodidacte est passé par les cuisines de Sanzaru, Nénu ou Humus & Hortense avant de lancer sa propre adresse d...

Tout nouveau, tout chaud, iOda, installé entre le parvis de Saint-Gilles et la porte de Hal, est un nouveau bistrot enthousiasmant ouvert fin mai par Cesar Hoed. A 28 ans, ce diplômé en droit de l'ULB originaire du Brabant wallon a décidé de changer d'orientation pour se consacrer à la cuisine. Nourri de ses nombreux voyages (notamment en Amérique du Sud et en Nouvelle-Zélande), cet autodidacte est passé par les cuisines de Sanzaru, Nénu ou Humus & Hortense avant de lancer sa propre adresse de quartier conscientisée. Matériel de récup, attention au zéro déchet, travail avec les producteurs locaux (dont les petites brasseries bruxelloises)... La démarche d'iOda est vertueuse. Et Cesar Hoed a de la suite dans les idées pour composer de jolies petites assiettes végétales pleines de caractère et sans oeillères, le poisson pouvant s'inviter ici ou là. Et à un rapport qualité-prix exemplaire: 35 euros le menu unique quatre services. A l'ouverture, le jeune chef proposait un gaspacho de fraises et asperges blanches brûlées au miso bien pensé. Une proposition végétarienne très travaillée. Tout comme la croquette de sardine et fromage blanc - dont on préfère même la version végé, au poireau et aux shiitakés -, relevée d'un siphon d'orties, d'amandes et de graines de tournesol torréfiées. Se présentant comme une "rôtisserie végétale", iOda remplace par exemple la viande dans sa rôtissoire par du céleri-rave préalablement poché au lait, au gingembre et à la bière noire. Fondant, le légume est accompagné d'une belle réduction de bière noire de L'Annexe aux myrtilles, montée au beurre, avec un bel équilibre entre le sucre, l'acidité et l'amertume.Tandis qu'une crème fouettée de parmesan ajoute une touche de gourmandise. Egalement rôtie, la pomme vient joliment clore le menu, avec une glace vanille, un sirop de baies de genévrier, un granola de graines de courge et une huile de sauge. Côté carte des vins, le choix est encore limité - une bulle, quatre blancs, quatre oranges et quatre rouges -, mais on y déniche de jolies bouteilles. Comme ce Franz Ponzichter bio (34 euros), assemblage de pinot noir et de zweigelt réalisé par l'excellent Domaine Weninger en Autriche, et qui finit de convaincre qu'on est bien ici entre de bonnes mains!