Ouvert tous les jours de l'année, midi et soir, Terminus est une bonne adresse que l'on se refile des deux côtés de la frontière franco-belge. Cette brasserie est en effet située quasiment sur la frontière, à Watou. Et l'on vient tant de Poperinge et de Courtrai que de Lille pour s'attabler chez les Verheyde.
...

Ouvert tous les jours de l'année, midi et soir, Terminus est une bonne adresse que l'on se refile des deux côtés de la frontière franco-belge. Cette brasserie est en effet située quasiment sur la frontière, à Watou. Et l'on vient tant de Poperinge et de Courtrai que de Lille pour s'attabler chez les Verheyde. Sommelier dans des trois étoiles - notamment chez Ducasse à Paris, Monaco et New York mais aussi au Hof Van Cleve de Peter Goossens -, Pieter Verheyde a rejoint le restaurant familial en 2014, installé à quelques centaines de mètres de la ferme, où son père élève 70 têtes de blanc-bleu-belge dans les règles de l'art. Que l'on retrouve évidemment à la carte en entrecôte ou en onglet (20 euros). La viande est tendre à souhait, la béarnaise est bonne et les frites (1,70 euro) itou. Si la carte est vaste - un peu trop sans doute, certains plats étant assez brouillons, comme cette salade de ramier au foie gras et ris de veau (28 euros), présenté en hiver avec des fruits hors saison -, on apprécie qu'ici, tout soit fait maison. En entrée, impossible donc de manquer le plateau du boucher (10 euros), soit une formidable sélection de charcuteries : boudin noir, boudin de Liège, potjevleesch, pâté à l'ancienne, filet d'Anvers, tête pressée, mousse de foies de volaille et même du saindoux. Impressionnant ! Tandis que les anguilles locales (13,50 euros en entrée/24,50 euros en plat), préparées tout simplement façon meunière au beurre sont à se lécher les doigts ! Pour accompagner ces délices, Pieter Verheyde propose un excellent Weinhofmeisterei 2016 de la Wachau en Autriche (39 euros), un grand vin blanc signé Mathias Hirtzberger, le fils de l'un plus grands vignerons de la région. On s'en doute, les amateurs de bonnes bouteilles pourront ici se faire plaisir ! Car si l'on est dans une brasserie, le meilleur sommelier de Belgique 2011 a gardé sa passion du vin et propose une carte remarquable à des prix très corrects. On n'est pas près d'oublier son Château des Tours Réserve 2010 (65 euros), aussi élégant qu'un châteauneuf-du-pape mais produit sur l'appellation Vacqueyras au pied du Ventoux ! Avant de reprendre la route avec une seule envie, celle de revenir dans ce resto sans esbroufe mais diablement gourmand, impossible de passer à côté d'une part de tarte Mazarine (4 euros), une spécialité locale qui aurait été inventée pour le passage de Mazarin à Poperinge, soit une succulente brioche parisienne au sucre. Tandis qu'on ne manquera pas d'emporter un délicieux pain d'épices pour le petit déjeuner, là encore selon la recette familiale !