Absent pour cause de récidive de son double cancer de l'oesophage et de l'estomac, Bernard Tapie, poursuivi pour " escroquerie ", n'a pas eu la joie d'entendre le tribunal correctionnel de Paris prononcer la relaxe de tous les prévenus dans l'affaire de l'arbitrage controversé (en réparation d'une " faute " du Crédit Lyonnais lors de la revente d'Adidas) qui lui avait octroyé 403 millions d'euros en 2008 dont 45 pour " préjudice moral ". Un arbitrage annulé depuis au civil pour " fraude ", obligeant Tapie à rembourser les sommes perçues. Pour le tribunal correctionnel, toutefois, " aucun élément du dossier ne permet d'affirmer que cette sentence ait été surprise par la fraude ". Bonne nouvelle donc aussi pour Stéphane Richard qui, poursuivi pour " complicité d'escroquerie ", risquait d'y perdre son poste de CEO d'Orange.