Le secteur de l'agrochimie est en pleine phase de concentration. Dow Chemical a mis la main sur DuPont et ChemChina s'est offert Syngenta. Ces deux mégafusions ont mis Bayer dans la quasi-obligation de boucler sans encombre le rachat du groupe américain Monsanto annoncé en 2016. C'est désormais chose faite pour la modique somme de 54 milliards d'euros. Avec 115.000 salariés, 45 millia...

Le secteur de l'agrochimie est en pleine phase de concentration. Dow Chemical a mis la main sur DuPont et ChemChina s'est offert Syngenta. Ces deux mégafusions ont mis Bayer dans la quasi-obligation de boucler sans encombre le rachat du groupe américain Monsanto annoncé en 2016. C'est désormais chose faite pour la modique somme de 54 milliards d'euros. Avec 115.000 salariés, 45 milliards de revenus combinés, le nouvel ensemble prend la place de leader du secteur. En d'autres termes, trois groupes contrôlent désormais plus de deux tiers du marché des semences et des pesticides. Ce rachat transforme aussi singulièrement la structure du groupe Bayer : les pôles agrochimie et santé (Bayer a inventé l'aspirine) vont désormais peser quasiment le même poids. Bayer et Monsanto traînent tous deux derrière eux un passé compliqué. Bayer, comme BASF, faisait partie du tristement célèbre conglomérat IG Farben qui a fourni le zyklon B aux nazis. Monsanto, créé au début du 20e siècle, n'est pas que le père du Roundup, l'herbicide au glyphosate. Il a aussi fourni le fameux Agent Orange (un défoliant) à l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam. Monsanto est également étroitement lié aux semences OGM qui ont suscité tant de controverses ces 20 dernières années. D'ailleurs, même si ses produits continueront à être vendus à l'identique - dont les semences Dekalb et De Ruiter -, Bayer enterre dès à présent le nom Monsanto. Malgré la gestion difficile de l'héritage Monsanto, le rachat du groupe de Saint-Louis fait sens pour Bayer qui a entamé un virage net vers le biocontrôle, l'agriculture raisonnée et les biotechnologies. Alors que l'agriculture se prépare à nourrir une population de plus en plus nombreuse, les semences OGM comme Climate Corp, la filiale américaine qui permet aux agriculteurs d'exploiter de façon optimale leurs champs à l'aide de données numériques, sont des atouts intéressants à avoir dans sa poche.