Kadhafi n'a pas envoyé son aviation bombarder sa propre population et, tout comme les Etats-Unis en Irak, la France est partie en guerre contre la Libye sur la base d'informations erronées, commente ce livre-enquête abondamment documenté qui aurait mérité un index des p...

Kadhafi n'a pas envoyé son aviation bombarder sa propre population et, tout comme les Etats-Unis en Irak, la France est partie en guerre contre la Libye sur la base d'informations erronées, commente ce livre-enquête abondamment documenté qui aurait mérité un index des personnages cités. L'information donnée par téléphone n'a même pas été vérifiée et, s'interrogeant sur les circonstances de la mort du dictateur, les auteurs constatent que "rien n'a été fait pour le garder vivant une fois capturé et le déférer devant une cour internationale". Kadhafi a beaucoup donné à la France mais n'a reçu en retour que des bombes. Pour eux, la menace de la révélation du financement de la campagne de Sarkozy a sans aucun doute été "la paille qui a cassé le dos du chameau", traduisez la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Plus passionnant qu'un polar, ce livre-document est plein de surprises : Cécilia Sarkozy "libérant" des infirmières bulgares qui en réalité l'auraient déjà été, un ancien ministre libyen du Pétrole tombant dans le Danube en faisant son jogging, un ministre français louant un coffre d'une taille inaccoutumée, officiellement pour en retire des "documents", sans oublier les "étranges pudeurs" d'une certaine presse. Fabrice Arfi et Karl Laske, Avec les compliments du guide, éditions Fayard, 400 p., 20 euros. Par Guillaume Capron