Mine de rien, c'est une petite révolution que Renault vient d'accomplir avec sa voiture électrique. La ZOE reçoit en effet une nouvelle batterie dont la capacité énergétique est doublée en passant de 22 à 41 kWh.
...

Mine de rien, c'est une petite révolution que Renault vient d'accomplir avec sa voiture électrique. La ZOE reçoit en effet une nouvelle batterie dont la capacité énergétique est doublée en passant de 22 à 41 kWh. Pour arriver à ce résultat, les ingénieurs ont réduit les espaces entre les cellules pour densifier davantage la batterie et modifié les dosages entre les composants. Un sacré progrès qui autorise une autonomie en usage réelle de 300 km en été et 200 km en hiver, de quoi rassurer son conducteur. Au volant de la nouvelle ZOE, il n'y a toutefois aucune différence à attendre. Elle se faufile dans la jungle urbaine sans un bruit, excepté un son artificiel en dessous de 40 km/h afin de prévenir les piétons. Le couple de 220 Nm disponible instantanément et à bas régime permet de franches accélérations. Aucun à-coup ne vient perturber une conduite dynamique en ville. La suspension reste toujours assez ferme avec une tenue de route garantie par un centre de gravité très bas grâce aux batteries disposées sous le plancher de la voiture. Dès que l'on s'aventure sur autoroute, la ZOE se montre en revanche plus timide, surtout dans les faux plats. En roulant à vitesse soutenue au-delà des 100 km/h, la consommation en kWh est importante et l'autonomie prend une sérieuse claque. Le conducteur doit donc trouver le juste milieu et avoir le pied droit plus léger pour éloigner le spectre de la panne de courant. La planche de bord est moderne avec un écran tactile placé en hauteur, l'ergonomie est soignée mais la position de conduite est toujours aussi imparfaite avec une assise haute et non réglable. Quant au coffre, il affiche une contenance correcte de 338 l. Cette ZOE ZE40 est actuellement le produit le plus abouti dans son domaine. CHRISTOPHE