Marie-Dominique Simonet ne sera donc restée qu'une année à la présidence de Liège Airport. Elle vient d'envoyer une retentissante lettre de démission, alors que son mandat venait d'être renouvelé. Retentissante car elle prend acte du fossé entre les attentes citoyennes en matière de gouvernance et les moeurs politiques. " Aujourd'hui, ma double fonction - députée wallonne et présidente de Liège Airport - bien que léga...

Marie-Dominique Simonet ne sera donc restée qu'une année à la présidence de Liège Airport. Elle vient d'envoyer une retentissante lettre de démission, alors que son mandat venait d'être renouvelé. Retentissante car elle prend acte du fossé entre les attentes citoyennes en matière de gouvernance et les moeurs politiques. " Aujourd'hui, ma double fonction - députée wallonne et présidente de Liège Airport - bien que légale et validée par le parlement wallon, pose question, écrit Marie-Dominique Simonet. Le contexte général de méfiance vis-à-vis du monde politique attise les doutes et les suspicions. Les citoyens ont besoin de clarté et je souhaite poser ce geste fort. Puisse-t-il contribuer à ramener un peu de sérénité, la politique en a grandement besoin. " Les nouvelles règles interdisent à un député régional d'exercer un mandat d'administrateur public. L'astuce, c'est que Marie-Dominique Simonet n'est pas une administratrice publique mais bien privée puisqu'elle représente NEB (Nethys-Ethias-Belfius), un actionnaire de droit privé. Eh oui, en regroupant trois sociétés à capitaux entièrement publics, on obtient une société privée et on échappe aux règles sur les mandataires publics... La ficelle est un peu trop grosse en ces temps de " tornade éthique " post-Publifin. D'où le geste de Marie-Dominique Simonet, une députée très respectée par ses pairs et qui s'impliquait réellement dans le développement de l'aéroport. Il faut dire qu'elle connaît très bien le monde des infrastructures logistiques. Juriste de formation, elle a travaillé 14 ans au port autonome de Liège (dont huit ans comme directrice), avant d'être repérée par Joëlle Milquet qui lui a proposé, en 2004, le poste de ministre de la Recherche et de l'Enseignement supérieur. En 2009, elle devenait ministre de l'Enseignement de la Communauté française. Marie- Dominique Simonet a décidé d'abandonner son mandat quatre ans plus tard, afin de consacrer toute son énergie à combattre un cancer. Sa santé évoluant favorablement, elle a pu mener campagne en 2014. Elle siège depuis au parlement wallon. Christophe De Caevel