AUSTRALIE

Croissance du PIB : 2,3 %
...

Croissance du PIB : 2,3 %PIB par habitant : 56.420 $ (56.290 $ en PPA)Taux d'inflation : 1,5 %Solde budgétaire (en % du PIB) : 0Population : 25,5 millions Le gouvernement de coalition nationale-libérale, au pouvoir pour un troisième mandat, avec à sa tête le Premier ministre Scott Morrison, devrait mettre l'accent sur la stabilité et la continuité. Ses tentatives pour mettre en place des politiques favorables au monde des affaires pourraient bien ne pas passer le cap du Sénat, où le gouvernement n'a pas la majorité. Il devrait cependant gagner la confiance des entreprises, ce qui sera favorable à la croissance économique. Croissance du PIB : 7,7 %PIB par habitant : 2.080 $ (5.180 $ en PPA)Taux d'inflation : 5,1 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 4,7Population : 164,7 millions La Ligue Awami, dirigée par la Première ministre Sheikh Hasina, devrait progresser au cours de son troisième mandat consécutif grâce à sa mainmise absolue sur tous les niveaux du pouvoir, en ne laissant que des miettes à l'opposition, laquelle devrait s'exprimer principalement dans la rue. La politique monétaire devrait rester souple et, sur le plan économique, le pays devrait peu à peu réduire le fossé qui le sépare des autres marchés émergents pour ce qui est des revenus. Croissance du PIB : 6,1 %PIB par habitant : 10.090 $ (20.930 $ en PPA)Taux d'inflation : 3,1 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 4,5Population : 1,4 milliard La guerre commerciale avec les Etats-Unis va s'éterniser et s'ajoutera aux vents contraires auxquels est confrontée l'économie chinoise, mais la volonté de la Chine de conquérir son indépendance technologique et d'exercer une influence mondiale aura des conséquences sur le long terme. Le président Xi Jinping devrait chercher à éviter tout drame susceptible de saper ses plans soigneusement conçus pour lui permettre de rester au-delà du mandat traditionnel de 10 ans, grâce à une emprise de plus en plus ferme sur la vie publique et privée. Les autorités utiliseront la politique monétaire et budgétaire pourprotéger l'économie et soutenir une croissance en léger déclin. Croissance du PIB : 2,2 %PIB par habitant : 32.370 $ (46.410 $ en PPA)Taux d'inflation : 1,2 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 1Population : 51,3 millions Le parti Minju (Parti démocrate) au pouvoir avec le président Moon Jae-in devrait augmenter sa majorité parlementaire aux élections d'avril, sans atteindre cependant les trois cinquièmes de majorité nécessaires pour légiférer en se passant de l'appui d'alliés. Le gouvernement gardera le dialogue ouvert avec la Corée du Nord, ce qui peut le mettre sous le feu des critiques de l'opposition conservatrice. Croissance du PIB : 2,3 %PIB par habitant : 51.920 $ (68.240 $ en PPA)Taux d'inflation : 2,6 %Solde budgétaire (en % du PIB) : 0Population : 7,5 millions Les manifestations de rue qui agitent le territoire depuis juin en réaction à des problèmes juridiques et sociaux ont miné l'autorité de la chef de l'exécutif, Carrie Lam. Les concessions faites n'ont pas apaisé les protestataires. La Chine pourrait envoyer son armée pour réprimer les troubles. L'économie devrait redémarrer quand l'impact des manifestations sur le tourisme et la vente au détail se sera dissipé. Croissance du PIB : 6,7 %PIB par habitant : 2.490 $ (8.860 $ en PPA)Taux d'inflation : 4,2 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 3,4Population : 1,38 milliard Alors qu'il a entamé son second mandat au pouvoir avec la plus grande majorité parlementaire depuis 1984, le gouvernement de Narendra Modi, soutenu par une coalition dirigée par son parti, le Bharatiya Janata Party (le BJP, Parti du peuple indien), devrait poursuivre son programme nationaliste hindou et ses réformes économiques de fond, lesquelles viseront notamment à consolider le secteur bancaire, à encourager le développement des industries à forte intensité de main-d'oeuvre et à assouplir encore davantage les règles régissant les investissements étrangers. Le gouvernement risque néanmoins de s'abstenir de prendre de grandes mesures pour améliorer la productivité, telles que des acquisitions foncières ou des réformes du travail, de peur que sa popularité n'en pâtisse. La croissance devrait repartir avec l'amélioration des conditions économiques. A surveiller : Les affrontements au Cachemire. Les réactions hostiles engendrées par la suspension de l'autonomie constitutionnelle du Cachemire indien vont accentuer la menace d'attentats terroristes. Croissance du PIB : 5 %PIB par habitant : 4.700 $ (15.000 $ en PPA)Taux d'inflation : 3 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 2,1Population : 267,5 millions Le président Joko Widodo devrait mettre à profit son second mandat (il a été réélu en 2019) pour poursuivre son programme de croissance économique, en modernisant les infrastructures du pays, en réformant les règles régissant les investissements étrangers et en améliorant le niveau d'instruction et de qualification de la main-d'oeuvre. Il devrait également s'attacher à développer les industries en aval pour mieux valoriser les ressources naturelles du pays, tout en assouplissant le Code du travail. L'économie devrait continuer à afficher un taux de croissance tendancielle d'environ 5 %. Croissance du PIB : 0,4 %PIB par habitant : 42.560 $ (45.100 $ en PPA)Taux d'inflation : 1,4 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 2,7Population : 126,5 millions Shinzo Abe va entamer sa huitième année au poste de Premier ministre (un record de longévité au Japon), sans véritable concurrent au sein de son parti et avec une large majorité au Parlement. Le vieillissement de la population est désormais un problème majeur dans le pays, et le gouvernement devra prendre des mesures pour permettre à davantage de personnes de rester dans la vie active plus tardivement. L'augmentation fin 2019 de la taxe sur la consommation devrait réduire de moitié le taux de croissance économique en 2020, même si les dépenses gouvernementales plus élevées devraient atténuer l'effet de cette mesure. Croissance du PIB : 3,4 %PIB par habitant : 9.230 $ (29.990 $ en PPA)Taux d'inflation : 5,1 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 0,6Population : 18,8 millions Le président Kassym Jomart Tokaev devrait s'efforcer de consolider son autorité après avoir remporté une élection sans autre concurrent en 2019 pour succéder à Nursultan Nazarbaev, qui a dirigé le pays pendant près de trois décennies. Sa politique mettra l'accent sur la diversification et l'accroissement des activités économiques à forte valeur ajoutée, ainsi que sur l'allégement des formalités administratives. Croissance du PIB : 4,8 %PIB par habitant : 12.050 $ (35.710 $ en PPA)Taux d'inflation : 1,5 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 3,4Population : 32,4 millions Le gouvernement de la coalition Pakatan Harapan est confronté à un épineux passage de relais à sa tête. Le chef de gouvernement actuel, Mahathir Mohamad, le plus âgé du monde à ce poste (il aura 95 ans en juillet 2020), a promis de céder sa place à Anwar Ibrahim, le chef du plus grand parti de la coalition, mais pourrait chercher à conserver le pouvoir. Du côté de l'opposition, la coalition Barisan Nasional, en piteux état, ne devrait pas constituer un concurrent sérieux. Croissance du PIB : 2,2 %PIB par habitant : 42.060 $ (43.370 $ en PPA)Taux d'inflation : 1,9 %Solde budgétaire (en % du PIB) : 0,8Population : 5 millions Le gouvernement travailliste, avec à sa tête la Première ministre Jacinda Ardern, a connu quelques soubresauts au cours de son premier mandat, mais la forte réaction du parti l'a mis en bonne position pour obtenir un second mandat à l'issue des élections qui doivent se tenir en novembre 2020. Les partenaires actuels de coalition du Parti travailliste (les Verts et New Zealand First) devraient le préférer au Parti national dans l'opposition, lorsque le moment sera venu d'engager les inévitables tractations post-électorales. La croissance économique devrait ralentir suite au fléchissement de la demande intérieure et du commerce extérieur. Croissance du PIB : 2,6 %PIB par habitant : 1.220 $ (5.910 $ en PPA)Taux d'inflation : 6,4 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 7,8Population : 220,9 millions Le gouvernement du Premier ministre Imran Khan dispose du soutien tacite de l'armée, qui bénéficie de fait d'une mainmise sur la défense et la politique étrangère. Les chefs des deux principaux partis d'opposition, bien qu'empêtrés dans des affaires juridiques, devraient collaborer pour faire obstruction au programme du gouvernement. Le Pakistan a récemment obtenu un 22e prêt du FMI, mais l'érosion du niveau de vie et la hausse des charges fiscales qu'il va entraîner devraient limiter la croissance économique. Croissance du PIB : 5,2 %PIB par habitant : 3.690 $ (10.050 $ en PPA)Taux d'inflation : 2,4 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 3,3Population : 109,6 millions Le président Rodrigo Duterte va continuer à tenir fermement les rênes du pouvoir, soutenu par une coalition fidèle formée grâce à sa fille Sara Duterte, maire de la ville de Davao. Ses projets ambitieux de rénovation des infrastructures au bord de la saturation devraient progresser peu à peu. Les envois de fonds des travailleurs émigrés, une source de revenus clé pour les dépenses des ménages, devraient diminuer du fait de l'essoufflement de la croissance aux Etats-Unis. Croissance du PIB : 1,2 %PIB par habitant : 68.350 $ (107.890 $ en PPA)Taux d'inflation : 0,4 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 0,4Population : 5,6 millions Les élections anticipées, qui vont avoir lieu au cours des premiers mois de 2020, devraient voir une victoire du Parti d'action populaire (PAP), qui domine la scène politique depuis 1959, et ouvriront la voie à un transfert de pouvoir de l'actuel Premier ministre Lee Hsien Loong à Heng Swee Keat, le vice-Premier ministre et ministre des Finances. Le territoire subit le contrecoup de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et du déclin de l'activité sur ces deux marchés. Croissance du PIB : 3,4 %PIB par habitant : 4.360 $ (14.990 $ en PPA)Taux d'inflation : 4,3 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 5,4Population : 21,4 millions L'élection présidentielle de fin 2019 a donné la victoire à Gotabaya Rajapaksa du Front populaire sri-lankais (le SLPP). Cela marque le retour au pouvoir du clan familial, déjà présent sous la précédente présidence de Mahinda Rajapaksa, le frère aîné de Gotabaya. Gotabaya Rajapaksa devrait déclencher des élections législatives anticipées en 2020, afin de faire place nette pour le SLPP. La situation économique devrait s'améliorer avec la reprise de l'activité touristique et l'augmentation des dépenses publiques. Croissance du PIB : 1,7 %PIB par habitant : 25.880 $ (57.440 $ en PPA)Taux d'inflation : 0,2 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 1,2Population : 23,6 millions Le Parti démocratique progressiste (PDP) devrait conserver la présidence lors des élections prévues en janvier, en assurant un second mandat à la présidente sortante Tsai Ing-wen, mais devrait céder sa majorité au Parlement au parti d'opposition, le Kuomintang (KMT). Le PDP a perdu un peu de sa vigueur, car il n'a pas tenu ses promesses politiques, et l'économie est en perte de vitesse. Croissance du PIB : 2,1 %PIB par habitant : 7.540 $ (20.600 $ en PPA)Taux d'inflation : 1,3 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 2,6Population : 69,8 millions Le Premier ministre Prayuth Chan-ocha, l'auteur du coup d'Etat (de 2014), comptera sur l'appui du Sénat nommé par l'armée pour faire avancer un programme de renouvellement des infrastructures et d'augmentation des investissements étrangers. L'animosité entre les forces pro- et anti-junte va perdurer sans menacer pour autant la situation actuelle. On devrait assister à un rétablissement des relations avec les puissances occidentales, coupées après le coup d'Etat de 2014, tandis que le rôle de la Chine en tant que partenaire économique et diplomatique sera renforcé. Croissance du PIB : 6,5 %PIB par habitant : 3.080 $ (8.640 $ en PPA)Taux d'inflation : 3,1 %Solde budgétaire (en % du PIB) : - 3,5Population : 97,3 millions Le pouvoir est concentré entre les mains du président Nguyen Phu Trong, également secrétaire général du Parti communiste - c'est la première personne à occuper les deux postes à la fois depuis Hô Chi Minh. L'économie devrait bénéficier de la délocalisation des entreprises étrangères qui quittent la Chine, cette tendance étant accélérée par la querelle commerciale avec les Etats-Unis. Les réformes économiques intérieures devraient insuffler un nouvel élan, le gouvernement s'efforçant de restructurer les industries d'Etat et de donner un coup de fouet aux échanges commerciaux.