Ce n'est plus un hasard. Depuis deux ans, le marché luxembourgeois navigue dans des sphères bien supérieures qu'auparavant. La barre des 40.000 m2 de projets en cours de commercialisation est aujourd'hui régulièrement dépassée (461 unités mises en vente). Et elle devrait faire office de seuil minimum à l'avenir tant les projets dans le pipeline semblent encore nombreux. Le Luxembourg joue désormais dans la même division que Namur. Après une stagnation, les prix sont repartis à la hausse (+ 3 % par rapport à l'an dernier, + 8 % par rapport à 2017). Le prix de l'appartement type d'une superficie de 94 m2 s'élève à 228.000 euros, selon les derniers chiffres fournis pour Trends-Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners.
...

Ce n'est plus un hasard. Depuis deux ans, le marché luxembourgeois navigue dans des sphères bien supérieures qu'auparavant. La barre des 40.000 m2 de projets en cours de commercialisation est aujourd'hui régulièrement dépassée (461 unités mises en vente). Et elle devrait faire office de seuil minimum à l'avenir tant les projets dans le pipeline semblent encore nombreux. Le Luxembourg joue désormais dans la même division que Namur. Après une stagnation, les prix sont repartis à la hausse (+ 3 % par rapport à l'an dernier, + 8 % par rapport à 2017). Le prix de l'appartement type d'une superficie de 94 m2 s'élève à 228.000 euros, selon les derniers chiffres fournis pour Trends-Tendances par le bureau d'expertise immobilière de Crombrugghe & Partners. Le marché arlonais confirme son envolée. Le stock d'appartements mis à la vente se stabilise à 15.000 m2 (163 appartements), alors qu'il n'était que de 8.000 m2 il y a encore trois ans. La proximité du Grand-Duché reste un élément attractif. On y retrouve les appartements les plus spacieux de la province, avec une superficie moyenne de 100 m2, une dizaine de mètres carrés de plus que dans les autres entités. Parmi les projets en cours de commercialisation, citons le Clos de Neufchâteau (Danilith), la Résidence Torrea (Thomas & Piron), la Résidence l'Auberge, la Résidence Clos des Salines (avec une moyenne de prix à 2.975 euros/m2), l'écoquartier du Waschbour (SMDI) de même que la Terrasse du Luxembourg (Houyoux), dont c'est la fin de la commercialisation. Quant aux prix, ils ont fortement évolué en six mois (+ 5 %), grimpant de 10,5 % en cinq ans. Ils restent les plus élevés de la province et s'affichent à une moyenne de 2.675 euros/m2. Le district de Luxembourg Sud reste le plus fourni, avec 181 appartements en cours de commercialisation. Les prix sont dans la lignée de la moyenne provinciale, avec une hausse de 2,5 % par rapport à l'an dernier et de 5 % en trois ans. La plupart des projets se concentrent comme d'habitude à Libramont, Bertrix et Neufchâteau. De nouveaux projets font par contre leur apparition à Habay-la-Neuve. Parmi les projets en cours de commercialisation, on peut citer le Domaine Vicinal (Thomas & Piron), la Résidence Recogne et Les Hirondelles (Bati Bien) à Libramont, la Résidence de la Vierre à Bertrix et les Résidences Gascogne et Adriatique (Habitat +) à Bertrix ou encore la Résidence Ciotat (Habitat +) et la Résidence Longlier (Maisons Baijot) à Neufchâteau. Enfin, le district de Luxembourg Nord s'essouffle quelque peu, avec une baisse du nombre d'appartements en cours de commercialisation. On est passé de 186 à 118 en 18 mois. Les prix sont légèrement remontés, avec un accroissement de 2,5 % en un an et de 5 % en trois ans. Bastogne et Marche-en Famenne tirent toujours ce district vers le haut, avec un accent particulier pour cette dernière. Parmi les projets en cours de commercialisation, on peut citer la Résidence Lodges (Habitat +), la Résidence Amplitude (Habitat +) et la Résidence Surol-Berthe (Houyoux) à Bastogne de même que la Résidence Bastogne (Atland), CityView (Houyoux), la Résidence Espinthe, Le Chancelier (Habitat +), Central Park (Houyoux), les Hauts de Marche (Thomas & Piron) et Marloie (Prologe), tous à Marche-en-Famenne.