Un an après la reprise, ArcelorMittal souhaite déjà se retirer d'Ilva, le sidérurgiste italien, et de son usine de Tarente, la plus grande d'Europe. Le groupe justifie ...

Un an après la reprise, ArcelorMittal souhaite déjà se retirer d'Ilva, le sidérurgiste italien, et de son usine de Tarente, la plus grande d'Europe. Le groupe justifie ce départ par l'existence d'une clause de résiliation dans le contrat au cas où une nouvelle législation venait affecter le plan de remise aux normes environnementales du site. Et c'est exactement ce qu'il vient de se passer puisque le Parlement italien a supprimé la protection pénale en matière d'environnement. Il faut dire que Tarente se trouve au coeur d'un énorme procès lié aux 7.500 décès causés par des maladies cardio-respiratoires et des cancers imputables aux émissions toxiques des hauts-fourneaux. Le départ d'ArcelorMittal (et la perte probable de 10.000 emplois) serait une catastrophe économique pour l'Italie qui devrait commencer à importer de l'acier...