Après avoir examiné la situation de 300 écoles présentant un risque accru en matière d'amiante, la Société publique des déchets de la Région flamande (Ovam) avait recommandé l'année dernière à 69 ét...

Après avoir examiné la situation de 300 écoles présentant un risque accru en matière d'amiante, la Société publique des déchets de la Région flamande (Ovam) avait recommandé l'année dernière à 69 établissements dont les noms n'ont pas été communiqués de prendre des mesures urgentes. Malgré des demandes réitérées, 22 d'entre elles n'ont toujours pas entrepris la moindre démarche, a fini par admettre Joke Schauvliege (CD&V), ministre flamande de l'Environnement, interrogée à ce sujet par l'Ecolo Johan Daenen. " Une sur trois ", s'indigne le parlementaire qui aimerait voir les compétences de l'Ovam étendues afin que cette institution puisse intervenir d'office. La décision d'intervenir ou non dépend en effet de l'école qui doit en outre assumer une partie des frais. Faut-il dès lors s'étonner si certaines préfèrent recourir à des palliatifs qui, dans d'autres circonstances, feraient sourire : " soigner " l'isolant d'un conduit de chauffage qui s'effrite avec du tape, par exemple.