Chaque fois que la rumeur ou de premières informations associent Amazon à un nouveau secteur, les acteurs concernés redoutent le pire. Ce fut le cas lors du rachat de Whole Foods et du développement de l'alimentaire dans son offre en ligne. C'est le cas dans le secteur de l'assurance-santé depuis l'annonce du développement d'une offre conjointe pour ses employés et ceux de Berks...

Chaque fois que la rumeur ou de premières informations associent Amazon à un nouveau secteur, les acteurs concernés redoutent le pire. Ce fut le cas lors du rachat de Whole Foods et du développement de l'alimentaire dans son offre en ligne. C'est le cas dans le secteur de l'assurance-santé depuis l'annonce du développement d'une offre conjointe pour ses employés et ceux de Berkshire Hathaway et de JP Morgan. Amazon travaille aussi à un service de livraison autonome qui s'affranchirait des acteurs majeurs du secteur. Voici, aujourd'hui, qu'on annonce la société de Jeff Bezos dans les services bancaires. Elle serait en discussion avec de grandes banques comme JP Morgan et Capital One en vue d'une offre de compte de courant ciblant les jeunes adultes et les personnes sans compte (pas si rares aux Etats-Unis). Ce n'est pas la première incursion d'Amazon dans le monde bancaire. Elle pousse le système Amazon Pay qui permet de payer avec son compte Amazon mais le succès n'est pas (encore ? ) au rendez-vous. Elle propose aussi à ses clients américains et ses abonnés Prime une carte Visa gratuite émise par Chase & Co, une filiale de JP Morgan. Amazon ne veut pas devenir une banque en raison d'une régulation beaucoup trop compliquée mais nouer un partenariat qui permette de faire des économies sur les coûts de transaction. Selon la firme de consultance Bain & Company, Amazon pourrait économiser jusqu'à 250 millions de dollars par an de cette manière. Ces mêmes experts évaluent le potentiel de clients à 70 millions, soit autant que la troisième banque américaine. On comprend mieux pourquoi le secteur tout entier craint cette arrivée. Dans ce cas-là, il vaut mieux être associé que laissé-pour-compte... En Europe, Amazon n'a pas de licence bancaire mais le statut d'établissement de monnaie électronique. Ce qui l'autorise à lancer des services comparables à celui du fameux Compte Nickel.