On sait aujourd'hui qu'il existe une différence entre les bactéries intestinales de personnes en bonne santé et celles des malades d'Alzheimer. Deux scientifiques liées à l'Institut flamand de biotechnolo...

On sait aujourd'hui qu'il existe une différence entre les bactéries intestinales de personnes en bonne santé et celles des malades d'Alzheimer. Deux scientifiques liées à l'Institut flamand de biotechnologie (VIB) et à l'Université de Gand, la professeure Roosmarijn Vandenbroucke et la doctoresse Charysse Vandendriessche, viennent de recevoir de la Fondation belge Recherche Alzheimer un subside de 300.000 euros afin de poursuivre l'examen de cette piste. Il s'agit de vérifier si les petites vésicules secrétées par ces bactéries intestinales se retrouvent également dans le sang, se répandant ensuite de la sorte dans notre corps jusqu'au cerveau. Ainsi pourrait être défini un biomarqueur qui permettrait non pas de guérir mais de découvrir très tôt si quelqu'un est atteint ou sensible à cette maladie qui touche quelque 220.000 personnes dans notre pays. En 2022, la Fondation Recherche Alzheimer a financé 18 projets pour un total de 3,8 millions d'euros, soit son montant le plus élevé en 27 années d'existence.