La " bande dessinée historique " n'aurait sans doute pas été tout à fait la même sans Jacques Martin (1921-2010). De nationalité française, il suit initialement des études d'ingénieur à Erquelinnes et épouse ensuite une demoiselle de Verviers et la bande dessinée belge.
...

La " bande dessinée historique " n'aurait sans doute pas été tout à fait la même sans Jacques Martin (1921-2010). De nationalité française, il suit initialement des études d'ingénieur à Erquelinnes et épouse ensuite une demoiselle de Verviers et la bande dessinée belge.Dans Le Journal de Tintin, il séduit par la ligne claire de son personnage Alix Graccus, qu'il crée en 1948. Son originalité réside dans ce retour à l'antiquité comme source d'aventures d'un personnage qui annonce déjà une forme de métissage : jeune esclave d'origine gauloise, Alix est adopté par un riche romain, ami personnel de Jules César. La connexion s'établit entre les deux cultures - dominante et dominée - d'un empire vaste, prétexte aux voyages aux confins de l'Orient ( La tiare d'Oribal), au Maghreb ( L'île maudite) ou dans les eaux grecques ( Le dernier Spartiate). Toujours avec un sens de la droiture et de la justice qui peut rappeler le fameux reporter à la houppe. Pas étonnant donc qu'Hergé recrute Jacques Martin pour travailler sur les albums de Tintin (décors et scénarios) entre 1953 et 1972, alors que les aventures d' Alix rencontrent, elles aussi, un succès commercial. Jacques Martin travaillera en solo sur Alix jusqu'au 19e tome, Le cheval de Troie, paru en 1988, collaborant ensuite jusqu'à sa mort avec divers auteurs-dessinateurs sur neuf albums supplémentaires. Le tout donne une abondante matière à découvrir dans cette expo bruxelloise rassemblant 150 dessins originaux groupés par thématiques dans les salles qui abritent les belles collections du Musée Art & Histoire au Cinquantenaire. Si l'initiative visant à rendre hommage à Jacques Martin à l'occasion du 70e anniversaire d' Alix vient au départ d'Angoulême, la version belge a le mérite de proposer une scénographie revue et corrigée. Histoire de montrer que ce grand nom français fut aussi un peu belge, fût-ce par héros gallo-romain interposé.