Agnès Troublé, de son vrai nom, n'incarne pas seulement une réussite de la mode française à l'international (300 boutiques de vêtements à travers le monde), détentrice d'une fortune personnelle évaluée à 130 millions d'euros. Elle s'est également imposée comme collectionneuse, de coeur davantage que d'investissement, éternelle enthousiaste chercheuse de talent, de nouveauté, d'é...

Agnès Troublé, de son vrai nom, n'incarne pas seulement une réussite de la mode française à l'international (300 boutiques de vêtements à travers le monde), détentrice d'une fortune personnelle évaluée à 130 millions d'euros. Elle s'est également imposée comme collectionneuse, de coeur davantage que d'investissement, éternelle enthousiaste chercheuse de talent, de nouveauté, d'énergie. Née en 1941 mais ne faisant nullement son âge, elle a investi dans le cinéma, notamment dans la restauration du Playtime de Tati et la production du tout premier long métrage secoué de Gaspar Noé, Seul contre tous. Depuis le début des années 1980, elle a aussi glané des objets d'art, dont nombre de photographies de Martin Parr ou Nan Goldin, qui constituent aujourd'hui une collection de plus de 5.000 pièces. Enfin, début février 2020, elle a inauguré un bâtiment neuf du 13e arrondissement parisien où les 1.400 m2 imaginés par l'architecte Augustin Rosenstiehl se divisent en trois espaces. Ceux-ci sont consacrés à une librairie, une galerie d'art présentant les travaux de jeunes artistes que soutient Agnès B., et un large lieu dédié aux expos, à raison de trois par an. La première, titrée La hardiesse, présente 200 oeuvres avec lesquelles la styliste veut aussi " marquer le coup " et dépasser sa réputation de collectionneuse surtout orientée vers le graff ou la photographie, ayant été la première à exposer Keith Haring à Paris. Le public va donc découvrir des témoignages picturaux des ineffables Gilbert & George de différentes époques, des dessins de Louise Bourgeois ou d'Andy Warhol, sans oublier du Calder ou du Pierre Klossowski. Une multitude de signes dans un environnement immaculé, raccord avec la personnalité de la philanthrope qu'on découvre davantage au fil de Je chemine avec Agnès B., autobiographie parue en 2019 au Seuil.