L'entreprise liégeoise spécialisée en santé féminine annonçait mardi la signature d'un accord de licence et d'approvisionnement avec le groupe pharmaceutique Mayne Pharma, deuxième fournisseur de contraceptifs oraux aux Etats-Unis, pour la commercialisation de son produit phare, le contraceptif oral combiné Estelle. Mithra percevra au minimum 295 millions de dollars en droits de licence et obtient une partici...

L'entreprise liégeoise spécialisée en santé féminine annonçait mardi la signature d'un accord de licence et d'approvisionnement avec le groupe pharmaceutique Mayne Pharma, deuxième fournisseur de contraceptifs oraux aux Etats-Unis, pour la commercialisation de son produit phare, le contraceptif oral combiné Estelle. Mithra percevra au minimum 295 millions de dollars en droits de licence et obtient une participation de 9,6%, en deux tranches, dans le capital de Mayne Pharma. Cotée à l'Australian Securities Exchange, cette dernière est spécialisée dans la conception de nouveaux systèmes d'administration de médicaments oraux. Elle commercialise des produits pharmaceutiques de marque et des génériques basés sur une expertise dans le domaine du mode d'administration. Les deux groupes travailleront de concert sur la soumission réglementaire d'Estelle prévue d'ici la fin de l'année, avec un lancement commercial planifié pour la première moitié de 2021, sous réserve d'approbation de la FDA (Food and Drug Administration). Une fois approuvé, le produit devrait bénéficier de l'exclusivité de cinq ans liée au statut de nouvelle entité chimique, avec une protection via différents brevets qui devraient courir jusqu'à 2036, contre 2029 aujourd'hui. Le marché annuel de la contraception aux Etats-Unis est actuellement valorisé autour de 5,4 milliards de dollars, soit le double du marché européen. " Cet accord représente une réelle opportunité tant pour Mithra que pour Mayne de générer des revenus significatifs tout au long de la période de 20 ans de la licence ", explique Mithra dans un communiqué. Selon le scénario pessimiste, le chiffre d'affaires brut devrait atteindre au moins 4,5 milliards d'euros sur toute la durée du contrat. Cet accord était attendu depuis des mois. Il suit celui conclu, il y a un an déjà, avec le groupe Gedeon Richter pour la commercialisation d'Estelle en Europe et en Russie.