Petit à petit, Ageas solde l'ensemble des litiges hérités de la débâcle de Fortis en 2008. Après l'accord collectif néerlandais en 2018 portant sur un montant total de 1,3 milliard d'euros, le successeur juridique de Fortis Holding vient de ...

Petit à petit, Ageas solde l'ensemble des litiges hérités de la débâcle de Fortis en 2008. Après l'accord collectif néerlandais en 2018 portant sur un montant total de 1,3 milliard d'euros, le successeur juridique de Fortis Holding vient de conclure un accord à l'amiable avec l'avocat Mischaël Modrikamen et ses 150 clients qui avaient refusé le deal néerlandais. Si le montant n'a pas été révélé, Ageas a indiqué avoir accepté de verser une compensation aux clients conforme à l'accord néerlandais et un montant destiné à couvrir les frais et les dommages liés aux procédures judiciaires de l'avocat. De son côté, ce dernier, avec ses clients, s'engage à mettre fin à toutes les actions entamées contre Ageas et les anciens administrateurs de Fortis. Ce qui n'est évidemment pas le cas des deux plaintes, toujours en cours, déposées à l'encontre de BNP Paribas au civil et au pénal. Pour Ageas, il ne reste plus, dans l'affaire Fortis, que le litige qui l'oppose à Patrinvest, le véhicule des familles Van Damme et Van der Straten Ponthoz. L'affaire est pendante devant la cour d'appel de Bruxelles puisque Patrinvest a perdu en première instance. Le préjudice tournerait aux alentours des 150 millions.