L'information fera peut-être finalement pschitt mais ne paraît pas illogique. Selon l'agence Bloomberg, BNP Paribas aurait pris langue avec les autorités néerlandaises pour une reprise d'ABN Amro, troisième banque des Pays-Bas. Quand on connaît l'histoire bancaire belge récente, on se dit qu'une telle opération aurait des airs de déjà-...

L'information fera peut-être finalement pschitt mais ne paraît pas illogique. Selon l'agence Bloomberg, BNP Paribas aurait pris langue avec les autorités néerlandaises pour une reprise d'ABN Amro, troisième banque des Pays-Bas. Quand on connaît l'histoire bancaire belge récente, on se dit qu'une telle opération aurait des airs de déjà-vu, voire de retour aux sources, dans la foulée de l'affaire Fortis. Cette information a été confirmée tant par l'agence Reuters que par nos confrères néerlandais du Financiele Dagblad. A ce stade, il n'y a eu ni dénégation, ni réaction de la part des Néerlandais ou des Français mais l'info a dopé le cours de Bourse d'ABN Amro, qui s'est envolé de près de 17% avant de retomber à +8%. Ce qui est certain, à ce stade, c'est l'intérêt du ministère des Finances des Pays-Bas pour une cession d'actifs d'ABN Amro. Propriétaire de 56% de la banque, l'Etat néerlandais a déjà cédé certains blocs d'actions à des fonds. Récemment, il a consulté la NLFI qui gère les participations du gouvernement pour une éventuelle cession supplémentaire. Le reste n'est que supputations, même si un tel rapprochement entre les deux groupes bancaires fait sens. D'autant qu'avec la vente de son réseau américain (Bank of the West) pour 16 milliards de dollars, BNP Paribas a largement de quoi s'offrir ABN Amro dont la valorisation boursière stagne aux alentours des 10 milliards. Le groupe renforcerait ainsi solidement son réseau en Europe de l'Ouest et dans le Benelux en particulier. Il n'en demeure pas moins que si l'on excepte l'acquisition de bpost banque à la fin 2020, BNP Paribas ne montre guère de velléités de croissance externe dans la banque de détail.