C'est à Abou Dhabi qu'est donné cette semaine le coup d'envoi de la saison sur l'European Tour. Avec en toile de fond un prize money de 8 millions de dollars, le tournoi réunit l'élite du swing du Vieux Continent. Rory McIlroy, Justin Rose, Tommy Fleetwood, Lee Westwood, Henrik Stenson, Danny Willett, Matthew Fitzpatrick et Ian Poulter ont répondu présents à cette pendaison de crémaillère. Et même le n°3 mondial Justin Thomas est venu d'Amérique pour participer à la fête!
...

C'est à Abou Dhabi qu'est donné cette semaine le coup d'envoi de la saison sur l'European Tour. Avec en toile de fond un prize money de 8 millions de dollars, le tournoi réunit l'élite du swing du Vieux Continent. Rory McIlroy, Justin Rose, Tommy Fleetwood, Lee Westwood, Henrik Stenson, Danny Willett, Matthew Fitzpatrick et Ian Poulter ont répondu présents à cette pendaison de crémaillère. Et même le n°3 mondial Justin Thomas est venu d'Amérique pour participer à la fête! Le drapeau belge flotte également au mât du pharaonique club-house de l'Abu Dhabi Golf Club grâce à son triumvirat de choc formé par Thomas Detry, Nicolas Colsaerts et Thomas Pieters. On a, un moment, redouté que ce dernier soit contraint de déclarer forfait. Peu avant Noël, l'Anversois de 28 ans s'est en effet fracturé l'auriculaire en chutant d'un escalier. Mais, grâce à une attelle, il a continué à s'entraîner au putting et au petit jeu dans son club de Rinkven. Et même si son doigt est aujourd'hui un peu raide, il a décidé de mettre le cap vers les Emirats. En 2020, Pieters a privilégié la famille et a passé beaucoup de temps auprès de sa compagne Stefanie et de sa petite fille Florence, née en juillet dernier. En 2021, il entend bien remettre le turbo sur les greens et réintégrer le top 50 mondial (il pointe actuellement à la 84e place). Parallèlement, il espère aussi se mêler à la lutte pour une sélection pour la Ryder Cup et lutter pour une médaille aux Jeux olympiques de Tokyo. Après un début de carrière fracassant, " T.P. " a connu une petite baisse de régime. Mais il reste l'un des joueurs les plus doués de sa génération. Et il adore relever les défis. Thomas Detry aborde aussi cette nouvelle année avec de l'ambition plein le swing. En 2020, le jeune Bruxellois de 27 ans est entré dans le top 100 mondial et a disputé, lors de l'US Open, son premier Grand Chelem. Sa progression est constante, à l'image de son incroyable régularité (six top 10 en 20 tournois en 2020). En février prochain, il disputera son premier WGC lors du Mexico Championship. Un nouveau tremplin vers de nouveaux paliers. Lui aussi a le potentiel pour se hisser dans le top 50, sésame pour tous les grands tournois. Jusqu'ici, il n'a pas réussi à s'adjuger un premier trophée sur le Tour. La faute à la malchance et à un mental encore un peu fragile dans les moments décisifs. Mais, là aussi, c'est juste une question de patience. Enfin, Nicolas Colsaerts, 38 ans, aborde comme un jeune premier sa 21e saison sur le circuit professionnel! En guise de préparation il a posé ses valises sous le soleil de Dubaï depuis le mois de novembre. Et qu'on se le dise: lorsqu'il évolue en confiance sur un parcours qu'il a dans l'oeil, le Belgian Bomber est toujours capable de jouer la victoire sur tous les tournois.