Les biennales sont voyageuses, pas seulement dans le temps mais aussi en occupant des espaces en dehors de ses centres. La Biennale d'art contemporain et du patrimoine concoctée par ARTour embarque donc pas moins de 26 artistes vers de multiples l...

Les biennales sont voyageuses, pas seulement dans le temps mais aussi en occupant des espaces en dehors de ses centres. La Biennale d'art contemporain et du patrimoine concoctée par ARTour embarque donc pas moins de 26 artistes vers de multiples lieux de Soignies, Le Roeulx et, bien évidemment, de La Louvière. Le premier nom que l'on coche est celui de Jean-François Octave (1955), pas seulement parce qu'on l'a croisé dans les années new wave lorsqu'il concevait des pochettes de disques et posters de concerts, entre autres pour les venues d'artistes au Plan K. Quasi quatre décennies plus tard, avec ces objets graphiques jouant de poésie et de teintes pastel, celui qui a fréquenté Saint-Luc et suivi l'architecture à La Cambre ne dépareille pas le thème 2021 de la biennale. A savoir: reposer la question du triangle productif entre les arts visuels, numériques et sonores. Cette treizième édition rassemble, par exemple, l'expo collective de Criez les mots à la galerie Nardone , ou le travail de Jean-Claude Loubières, plasticien français spécialisé dans les créations de livres d'artistes. Ce qui incarne cette manifestation: unir et croiser la tradition avec les propositions futures...