Les excellents résultats de l'entreprise ne peuvent pas tirer le cours davantage à la hausse, alors que les investisseurs exploitent la moindre opportunité de procéder à des prises de bénéfices. Même si elle était prévisible, la mise en garde émise à la présentation des résultats annuels - l'extension de la capacité de recyclage de l'usine de Hoboken s'accompagnera d'une légère baisse des marges - a coûté plus de 5 % à l'action. Ces prises de bénéfices sont compréhensibles. Les investisseurs ont pris une grosse avance sur des perspectives de croissance solides, fondées sur la demande croissante de mobilité propre et de recyclage. L'entreprise veut porter ses cash-flows opérationnels récurrents...

Les excellents résultats de l'entreprise ne peuvent pas tirer le cours davantage à la hausse, alors que les investisseurs exploitent la moindre opportunité de procéder à des prises de bénéfices. Même si elle était prévisible, la mise en garde émise à la présentation des résultats annuels - l'extension de la capacité de recyclage de l'usine de Hoboken s'accompagnera d'une légère baisse des marges - a coûté plus de 5 % à l'action. Ces prises de bénéfices sont compréhensibles. Les investisseurs ont pris une grosse avance sur des perspectives de croissance solides, fondées sur la demande croissante de mobilité propre et de recyclage. L'entreprise veut porter ses cash-flows opérationnels récurrents à 500 millions d'euros à l'horizon 2020 (351 millions d'euros en 2016). Cela implique une croissance de 10 % par an. À un cours de 50 euros, les investisseurs paient 22 fois le bénéfice attendu en 2017 et 15 fois le bénéfice promis en 2022. Cela laisse peu de marge en cas de déception. N'oublions pas non plus le recul du bénéfice net récurrent de 6 % enregistré en 2016 à la suite de cours de change défavorables. Le bénéfice net final a même baissé de près d'un quart, en raison d'une amende en France pour formation de cartel. Les investisseurs ne sont pourtant pas fous de payer leurs actions Umicore au prix fort, car la hausse du bénéfice repose sur des piliers solides, avec la maîtrise technologique de la mobilité propre comme fer de lance. Les résultats semestriels confirment ces perspectives. Le bénéfice opérationnel récurrent a gagné 10 % au deuxième semestre 2016 grâce à une légère hausse du chiffre d'affaires (CA ; +3 %) et un redressement des marges dans de nombreux segments. Ainsi, la division Pots catalytiques pour voitures a vu son bénéfice opérationnel récurrent s'accroître en 2016 de quelque 23 % et a pris à son compte 42 % du bénéfice opérationnel récurrent. C'est le fruit d'une hausse des volumes de ventes sur fond de parts de marché croissantes dans la plupart des régions, de hausses des prix et d'effets d'échelle après les récents investissements dans une extension de capacité. Les ventes poursuivront leur progression tant pour les véhicules essence que diesel en 2017, mais le rythme devrait être moins soutenu en l'absence de nouveau durcissement de la législation en matière d'émissions cette année. L'action s'est envolée l'an dernier après l'annonce par Umicore d'un investissement de 160 millions d'euros dans le triplement de la production de matériaux cathodiques en Corée et en Chine. La demande croissante de ces matériaux favorisera la croissance de la division Energy & Surface Technologies en 2017, après des hausses de 4 % du CA et de 16 % du bénéfice en 2016. La division Recyclage a clôturé l'exercice 2016 sur des reculs de 3 % du CA et de 12 % du bénéfice, reflet de la chute des cours des métaux. L'extension des capacités entraînera une forte hausse des volumes, mais l'impact sur le bénéfice dépendra surtout de l'évolution des cours des métaux. L'action a besoin de temps pour digérer le bond opéré en 2016. Avec une valeur d'entreprise de 10 fois les cash-flows opérationnels attendus en 2017, les belles perspectives de croissance sont déjà intégrées dans le cours. À plus long terme, ces perspectives sont trop attrayantes pour justifier une vente de l'action. D'où le conseil " à conserver ". Conseil : conserver/attendre Risque : moyen Rating : 2B Paru sur initiedelabourse.bele 16 février LA HAUSSE DU BÉNÉFICE REPOSE SUR DES PILIERS SOLIDES.