Avec "Folds" (Pias), Roscoe propose un troisième album de rock mélancolique extrêmement mature. Du niveau des Américains de The National . Sa genèse?
...

Avec "Folds" (Pias), Roscoe propose un troisième album de rock mélancolique extrêmement mature. Du niveau des Américains de The National . Sa genèse? Après Mont Royal, paru il y a plus de six ans, nous avons eu une période de doute. N'avions-nous pas atteint ce niveau du "fameux second album" et l'impression d'avoir épuisé ce que nous avions à dire? Et puis, il y a eu le déclic et le désir est venu, toujours dans un esprit de création collective, puisque nous signons les chansons à cinq. Le spleen est toujours présent, à la fois dans les textes et les mélodies. Mais vous vous autorisez également des passages instrumentaux extrêmement développés et fruités! Oui, même si tout était écrit à l'avance, sans improvisation de dernière minute, nous nous sommes libérés à plusieurs moments durant l'enregistrement de l'album, dans un studio gantois. Vous avez déjà tourné à l'étranger, notamment au Canada et en France. Mais n'êtes-vous pas fatigués de travailler essentiellement dans un si petit marché que celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles? Je pense que l'on a dépassé cela, cette inquiétude de travailler un territoire peut-être limité. En fait, notre attitude tient désormais davantage à profiter de ce qui va arriver. Y compris en exprimant dans ce Folds les plis de l'existence, les doutes et les rides que la vie nous donnent constamment.